k-libre - auteur - Guillaume Nicloux

Cette nuit-là, la laudanum fit voyager Marceau à bord de cargos interlopes. Le grincement des coques, le tumulte du vent, les appels des matelots, le chahut des flots, le ronflement des machines... Sa torpeur grondait d'un vacarme marin. Aspergé d'embruns, ses vêtements gorgés de flotte, il arpentait des ponts glissants, des dunettes détrempées. Il s'accrochait à des bastingages poisseux. Les vagues, brisées, mauvaises, lançaient des bouillons d'écume et des paquets de mer.
Patrick Pécherot - Une plaie ouverte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 06 décembre

Contenu

Guillaume Nicloux

MAJ jeudi 01 janvier 1970

Biographie Guillaume Nicloux





Présence à un festival :

2011 : FIRN

Bibliographie*

Collaborateur :

  • 2010 - Holiday (Baleine, novembre 2010)

Actualité

  • 07/07 Cinéma: Psycho Mémé en court métrage
    La préparation des dernières Nuits noires à Aubuson a été marquée par le tournage d’un court métrage basé sur un scénario construit à partir d'une nouvelle écrite par des élèves de la classe de seconde 2 du lycée Eugène Jamot. Le film achevé et monté, La Mémé, le minou et le vagabond, a été projeté le soir de l'ouverture du festival, avant le long métrage de Guillaume Nicloux, Le Poulpe.
    En dix minutes et sans paroles, vous apprenez que même avec l'estomac coincé loin dans les talons, il vaut mieux savoir raison garder et réfléchir à deux fois avant de se délecter d’un chat errant… Le film est désormais visible en ligne, soit sur Youtube, soit sur Nocturne errance, le blog de Cyril Henry – le réalisateur, qui est aussi, soit dit en passant, le directeur des éditions Écorce.



    Plutôt que de visionner d'emblée le court métrage comme m'y invitait le message parvenu à la rédaction de k-libre, je me suis d'abord baladée dans quelques-unes des "galeries" que permet de visiter le blog de Cyril Henry – car j'ai un faible pour les ruines, les lieux abandonnés. Alors forcément les usines, maisons et autres châteaux qu'il a fixés à travers son objectif tant qu'ils sont encore suspendus entre le néant prochain et quelques restes de leur splendeur passée m'ont attirée. Ils m'ont beaucoup, beaucoup plu. Et presque fait oublier La Mémé, le minou et le vagabond. Le court qui était, quand même, le sujet de la dépêche. J'ai découvert un blog riche, qui appelle de nouvelles visites, et je me félicite encore d’avoir préféré ce détour au visionnage direct sur Youtube...
    Liens : Nuits noires à Aubusson

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page