k-libre - auteur - Thomas de Quincey

- Tu lui en as parlé avant de m'avertir, moi ? Pourquoi ?- Maman n'a rien à voir là-dedans. - Tout a toujours à voir avec ta mère .
Elizabeth George - Une avalanche de conséquences
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 25 août

Contenu

Thomas de Quincey

MAJ lundi 30 janvier 2012
© D. R.

Biographie Thomas de Quincey


Naissance à Manchester le 15 août 1785.
Mort à Édimbourg le 08 décembre 1859.
Fils d'un marchand de tissu plutôt prospère ayant quelque inclination pour la littérature qui mourra en 1793 et d'une femme de fort caractère, Thomas de Quincey est un enfant de santé fragile mais d'une grande précocité intellectuelle. Très doué pour le grec ancien, il écrit en vers et le parle couramment à quinze ans. Ces dispositions le destinent à de brillantes études universitaires mais à dix-sept ans il quitte l'école où il poursuivait sa scolarité dans l'intention de partir à la rencontre du poète William Wordsworth, à qui il voue une grande admiration. Sa timidité l'en empêche et son escapade se solde par plusieurs mois de vie errante et misérable dans les rues de Londres. Il finit par réintégrer le domicile familial et par être accepté à l'université d'Oxford en 1804. Il y restera quatre ans mais s'en ira sans avoir passé l'examen qui lui aurait permis d'obtenir son diplôme. Ces années estudiantines seront celles de la découverte de l'opium, dont il deviendra dépendant aux environs de 1813. En quittant Oxford, il va s'établir à Grasmere, dans le Lake District du centre de l'Angleterre, où vivent deux de ses idoles littéraires, Thomas Taylor Coleridge et William Wordsworth. En 1816, il épouse Margaret qui lui donnera huit enfants et mourra en 1837.
En 1818, il a dilapidé sa fortune personnelle et, pour subvenir aux besoins de sa famille, il devient journaliste pour la Westmorland Gazette, un hebdomadaire d'orientation tory. Mais en novembre 1819, le propriétaire du magazine, lassé de son incapacité à tenir les délais, met fin à sa collaboration. De Quincey déménage à Londres en 1821 dans l'espoir de proposer à la publication ses traductions de certains auteurs allemands. On le convainc d'écrire, d'abord, quelque chose qui ait trait à son expérience d'opiomane. Les Confessions of an Opium Eater Confessions d'un mangeur d'opium en français – paraîtront cette même année dans le London Magazine. Le succès est considérable et c'est, avec De l'assassinat considéré comme l'un des beaux-arts, son œuvre la plus connue.
À compter de cette publication, de Quincey va multiplier ses collaborations à divers magazines et parviendra, ainsi, à vivre de sa plume. Ses articles – il en écrira en tout plus de deux cents – touchent à des domaines très divers, allant de l'esthétique à l'économie politique en passant par l'histoire et la philosophie. Il passera la fin de sa vie en Écosse, où il s'éteint à l'âge de soixante-quatorze ans.


Bibliographie*

Nouvelliste :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page