k-libre - auteur - Jean-Lucien Sanchez

Le Mâconnais resplendissait de beauté. Le printemps avait été doux et les vignes, partout, offraient un spectacle rassurant.
Alfred Lenglet - Du poison dans les veines
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 14 octobre

Contenu

Jean-Lucien Sanchez

MAJ mercredi 25 septembre 2013
© D. R.

Biographie Jean-Lucien Sanchez


Naissance à Martigues le 20 septembre 1975.
En 1987, les parents de Jean-Lucien Sanchez décident de s'installer en Guyane : il passe une partie de son adolescence à Kourou, et effectue de nombreux séjours aux îles du Salut, archipel de trois îles en face de la ville, ayant abrité un bagne colonial jusqu'en 1946. Là, avec son jeune frère Arnaud, son père ou des amis, ils tendent leurs hamacs entre les barreaux de cellules à l'abandon et se perdent dans les couloirs du bâtiment de la réclusion cellulaire situé sur l'île Saint-Joseph. Paradoxalement, le bagne représente alors pour lui un lieu d'aventure et de détente, et constitue ainsi le terrain de ses plus beaux souvenirs d'adolescence. Ce site, classé réserve naturelle, est effectivement un véritable écrin où s'ébat une faune multicolore (aras, agoutis, singes capucins, tortues marines) mêlée à une végétation luxuriante. Ce n'est que bien plus tard qu'il prend conscience de la véritable vocation de ces lieux et qu'il saisit leur destination initiale : un lieu d'enfermement et de souffrance. À l'insouciance succède la volonté de connaître ce passé qui lui est inconnu et de comprendre les logiques d'un archipel carcéral où un peu plus de soixante-dix mille bagnards ont échoué. L'on comprend dès lors aisément que de cette période sous les tropiques, Jean-Lucien Sanchez sort profondément marqué par les vestiges du bagne colonial, et qu'il s'oriente vers des études d'histoire. Devenu Docteur en histoire de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, Jean-Lucien Sanchez est l'auteur d'une thèse intitulée "La relégation des récidivistes en Guyane française. Les relégués au bagne colonial de Saint-Jean-du-Maroni, 1887-1953" soutenue le 3 décembre 2009 sous la direction de Gérard Noiriel. Chercheur associé au Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), il travaille sur l'histoire pénale et coloniale de la Troisième République, plus particulièrement sur les bagnes coloniaux de Guyane française. Par ailleurs membre du comité de rédaction et chargé d'éditions virtuelles de Criminocorpus, Jean-Lucien Sanchez est chargé d'études historiques au ministère de la Justice (DAP/PMJ5).

Bibliographie :
2013 : "La relégation des femmes récidivistes en Guyane française, 1887-1907", dans Crime, Histoire et Sociétés n°17, p. 77-100.
2012 : "Alphonse Bertillon et la méthode anthropométrique", dans Sens dessous, Trace[s] n°10, pp. 64-74
2012 : "Les convois de forçats en direction des bagnes coloniaux : l'exemple du Martinière", Fureur et cruauté des capitaines en mer, sous la direction de P. Prétou (Presses Universitaires de Rennes, pp. 236-251)
2011 : "L'anthropométrie au service de l'identification des récidivistes : l'exemple des relégués en Guyane française", dans Aux origines de la police scientifique : Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, sous la direction de P. Piazza P. (Karthala, pp. 189-201)
2011 : "La discipline au bagne colonial. Les relégués collectifs au pénitencier de Saint-Jean du Maroni, Guyane française", dans Revue Pénitentiaire vol. 10 (Direction de l'administration pénitentiaire, Ministère de la justice et des libertés, pp. 67-87)
2011 : "La douloureuse histoire du forçat innocent Philibert Gaucher", dans Les Bagnes coloniaux (Criminocorpus, revue hypermédia)
2010 : "La relégation des récidivistes : enjeux politique et pénal", dans Les Récidivistes. Représentations et traitements de la récidive XIXe-XXe siècle, sous la direction de J.-P. Allinne et de M. Soula (Presses Universitaires de Rennes - pp. 155-168)
2012 : Les Derniers forçats : du bagne à l'asile (Albache - préface)
2009 : "La 'Camelote' au bagne", dans L'Artisanat du bagne (Musée des Beaux-Arts de Chartres - catalogue de l'exposition L'Artisanat du bagne pp. 19-23)
2007 : "Identifier, exclure, régénérer. La relégation des récidivistes en Guyane (1885-1938)", dans Les Sphères du pénal avec Michel Foucault, sous la direction de Marco Cicchini et Michel Porret (Antipodes - pp. 139-153)
2006 : Itinéraire d'une utopie (Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré - catalogue de l'exposition Itinéraire d'une utopie)
2006 : "Jean Galmot au Maroni : un concessionnaire libre sur un territoire aliéné (1907-1913)", dans L'Histoire de la Guyane. Depuis les civilisations amérindiennes, sous la direction de Serge Mam-Lam-Fouck et de Jacqueline Zonzon(Ibis rouge - pp. 407-426)
2000-2001 : DEA de Sciences Sociales (ENS/EHESS) Mémoire principal : L'Impossible citoyen, la colonisation pénitentiaire française au XIXe siècle : étude d'un supplice républicain. Sous la direction de Gérard Noiriel.

Colloques :
23-25 février 2006 : "Exclure et régénérer. La relégation des récidivistes en Guyane", dans Colloque international : 30 ans après Surveiller et punir : repenser le droit de punir, Université de Genève, Faculté de Lettres, département d'Histoire générale, Suisse.
16-18 novembre 2005 : "La Colonisation pénale à la Guyane : S'établir à Saint-Jean-du-Maroni. L'exemple de Jean Galmot", dans Colloque international : Guyane Histoire et mémoire, Cayenne, Guyane.


Bibliographie*

Essayiste :

Préfacier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page