k-libre - auteur - Jake La Motta

Je paye mon passé, je suis mort et enterré ici au bout de cette vallée, enfermé dans ma famille qui ne m'aime pas mais je me supporte. Je vis en attendant la mort.
Pierre Olhagaray - L'Œuf de la haine et de la vengeance
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 09 décembre

Contenu

Jake La Motta

MAJ mardi 15 janvier 2013
© D. R.

Biographie Jake La Motta


Naissance à New York le 10 juillet 1922.
Giacobbe La Motta, qui sera surnommé des années plus tard "Raging Bull" ou "Bronx Bull" en raison de sa puissance musculaire, est un enfant du Bronx aux origines italiennes. Prédestiné à la délinquance, il joue les though guys et, à l'âge de seize ans, en compagnie de son ami Pete, il commet larcin sur larcin avant de fomenter le matraquage puis le vol d'un bookmaker. Si le tuyau qui lui sert de matraque est en plomb, le portefeuille qu'il récupère est vide, et le bookmaker laissé pour mort.

L'histoire pourrait tourner à l'ordinaire avec un adolescent têtu qui finit ses jours à Sin Sing ou sur la chaise électrique, mais Jake La Motta malgré une descente aux Enfers placée sous le signe de la culpabilité effectue le vol de trop : celui d'une bijouterie qui l'envoie dare-dare en maison de correction au Coxsackie Correctional Institute où un prêtre, le père Joseph, comprend qu'il traine un lourd pêché et l'initie à la boxe. Le 3 mars 1941, il effectue son premier combat professionnel qu'il remporte en quatre rounds. Moins de deux ans plus tard, le 5 février 1943, il met un terme, au cours du deuxième des six combats qui les opposeront, à l'invincibilité de Sugar Ray Robinson.

Entretemps, l'armée refuse de l'enrôlé pendant la Seconde Guerre mondiale pour une opération aux oreilles. Mauvais garçon, pour s'être couché trop vite lors d'un autre combat professionnel il est suspendu sept mois. Pourtant, malgré cet écart de conduite, il restera comme l'un des boxeurs les plus intègres, refusant de se plier aux règles de la mafia en vigueur dans ce sport. Le 16 juin 1949, il remporte le championnat du monde des poids moyens contre Marcel Cerdan en dix reprises. La revanche n'aura pas lieu : Marcel Cerdan est victime d'un accident d'avion sujet à toutes les rumeurs en octobre de cette même année alors qu'il partait aux États-Unis pour s'entraîner. Il rencontre Robert Villemain pour un match étrange au cours duquel largement dominé il est donné vainqueur. Par la suite, deux juges seront suspendus en raison de paris juteux. Une revanche a lieu, mais sans remise en jeu du titre. Bien lui en prend car il perd largement ce combat. Il ne refusera dorénavant de monter sur le ring contre Robert Villemain. Il défend victorieusement son titre deux fois avant de l'abandonner à Sugar Ray Robinson le 14 février 1951. Il ne sera plus jamais champion du monde et mettra un terme à une carrière ponctuée de quatre-vingt-trois victoires (trente par K.O.) pour dix-neuf défaites et quatre matchs nuls et 1954 après un an de prison pour avoir payé une mineure à effectuer un striptease.

Après sa carrière sportive, il est propriétaire un temps d'une boîte de nuit. Soupçonné d'appartenance à un gang, il n'est pas condamné. Fan de base-ball, il crée et organise dans le Bronx la Jake La Motta All-Star Team. Sommé de témoigner en 1960 sous serment qu'il aurait triché lors de nombreux combats, il condescend à reconnaître une défaite programmée. En 1970, il écrit Raging Bull, son autobiographie. Tout au long de sa vie, il joue de petits rôles dans une quinzaine de films dont L'Arnaqueur, de Robert Rossen, en 1961. Mariée sept fois, il eut deux garçons (le premier mort d'un cancer en 1998, le second victime du crash aérien) et quatre filles.



site : http://officialjakelamotta.com/

Bibliographie*

Autobiographe :

Avant-propos :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page