k-libre - auteur - Mark Robson

Le chef admiré, De Gaulle, lui, n'aimait pas Marseille. Il n'avait que du mépris envers ces jeunes résistants dépenaillés, quelquefois en short et en espadrilles, qui pourtant étaient venus l'acclamer à son passage. Les embrouilles entre les communistes et les socialistes du jeune avocat Gaston Defferre, qui avait annexé l'ancien journal collaborationniste Le Petit Marseillais, étaient incessantes.
Gilles Del Pappas - Les Vies de Gustave
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 octobre

Contenu

Mark Robson

MAJ jeudi 18 avril 2013
© D. R.

Biographie Mark Robson


Naissance à Montréal le 04 décembre 1913.
Mort à Londres le 20 juin 1978.
Après des études dans sa ville natale canadienne à la Roslyn High School et à la Westmount High School, Mark Robson intègre l'université de Californie puis la Pacific Coast University School of Law. Installé à Los Angeles, il commence à travailler pour le 20th Century Fox. Monteur-stagiaire à la RKO, il assiste Robert Wise pour le montage des films d'Orson Welles Citizen Kane et La Folie des Ambersons. De ce travail collaboratif nait une complicité et une amitié. Sous l'impulsion du scénariste et producteur Val Lewton, Mark Robson franchit les étapes : monteur, assistant de production puis réalisateur. Il rencontre Jacques Tourneur dont il devient le monteur pour des films d'horreur de série B. dont La Féline. En 1943, il réalise La Septième victime pour la RKO. L'idée est d'être à nouveau concurrentiel sur le marché du fantastique. Le succès est à la hauteur des espérances malgré une tonalité plus noire que fantastique. Il offre ensuite à Boris Karloff quelques uns de ses très beaux rôles dans L'Île des morts (1945) et dans Bedlam (1946), puis dirige Kirk Douglas dans le très bon film noir Le Champion, pour lequel il est nommé par l'association des réalisateurs américains. La même année, il réalise la romance populaire Tête folle, et surtout La Demeure des braves, l'un des premiers films à parler ouvertement du racisme. Après un rapide passage par la télévision aux côtés de Val Lewton et Robert Wise, Mark Robson revient au cinéma, de guerre pour l'occasion, avec les inoubliables Ponts du Toko-Ri (1954) et L'Express du colonel Von Ryan (1965). Il a, au long d'une carrière riche de trente-quatre films, dirigé Glenn Ford, Humphrey Bogart, Rod Steiger, Frank Sinatra, Anthony Queen, Alain Delon, Michèle Morgan, Lana Turner, Ava Gardner... Il meurt d'une crise cardiaque après avoir tourné Avalanche Express. Le film sort sur les écrans un an après sa mort...


Bibliographie*

Réalisateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page