k-libre - auteur - George Marshall

Mon grand, continue celui qui enfonce la lame dans sa gorge, ton argent, je n'y toucherais pour rien au monde.
Nicolas Cluzeau - Chasses olympiques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 mars

Contenu

George Marshall

MAJ jeudi 30 janvier 2014
© D. R.

Biographie George Marshall


Naissance à Chicago le 29 décembre 1891.
Mort à Los Angeles le 17 février 1975.
George Marshall débarque à Hollywood pour retrouver sa mère et dans le but avoué de s'amuser. Exclu de l'université de Chicago en 1912, jeune homme instable, il multiplie les petits boulots, qu'il abandonne tout aussi vite avec une certaine constance. Il est mécanicien, reporter pour des journaux et bûcheron dans l'État de Washington. Il souhaite alors réussir dans l'industrie cinématographique émergente. Il débute à Universal où il travaille comme figurant bien aidé par sa taille - du haut de ses un mètre quatre-vingts, il gagne ainsi un dollar chaque fois qu'il tombe d'un cheval dans les westerns. Ses premiers vrais rôles ne l'enchantent guère, et il ne tarde pas à se mettre à l'écriture de scénarios et à la réalisation. Il collabore alors à des courts métrages westerns et à des séries de films d'aventure. Touche à tout, il prend en main la caméra, il réalise le montage de ses films à l'aide de ciseaux et de ciment. Dans les années 1920, il tourne avec le cow boy star du moment, Tom Mix, puis se spécialise dans les comédies. Il passe également à la Fox. Lorsque le son fait son apparition, il travaille avec Laurel et Hardy, et est un adepte des comédies visuelles. Successivement à la Fox, à Universal puis chez Paramount, il obtient l'un de ses plus remarquables succès en 1939 lorsqu'il donne un nouveau souffle à la carrière de Marlene Dietrich dans le western Femme ou démon. Il dirige Betty Hutton, star ascendante, dans La Blonde incendiaire (1945) et The Perils of Pauline (1947), et Alan Ladd dans le film noir Le Dahlia bleu (1946). Devenu réalisateur free-lance pendant près de vingt ans, il dirige Glen Ford dans le western La Vallée de la poudre (1958) et deux comédies, Le Mort récalcitrant (1959) et Le Bataillon des lâches (1964). Avec deux autres réalisateurs, il s'attaque à La Conquête de l'Ouest (1962). Avec cent quatre vingt-cinq films à son crédit (sûrement plus de quatre cents dans les faits, vu le nombre de petits films qu'il a dirigé dans les années 1910), George Marshall prend sa retraite en 1972, et meurt trois ans plus tard. Il a une étoile sur le Wall of Fame au 7048 Hollywood Boulevard, et a été président de la Screen Directors Guild de 1948 à 1950.


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 03/12 Cinéma: John Ford immense à la Cinémathèque
  • 13/08 Cinéma: Jerry Lewis, Scorcese et le film noir - acte II
  • 07/08 Cinéma: Jerry Lewis, Scorcese et le film noir
  • 31/07 Cinéma: Film noir, Gene Wider & Jerry Lewis
  • 24/07 Cinéma: Jerry Lewis III & Transamerica Express, d'Arthur Hiller
  • 15/07 Cinéma: Jerry Lewis II & Transamerica Express
  • 09/07 Cinéma: Jerry Lewis et films noirs
  • 03/07 Cinéma: Western et Kirk Douglas - acte II
    Le ciné-club parisien L'Action Christine continue son inlassable exploration des films de (mauvais) genres, que ce soit par un biais thématique, de réalisateurs ou d'acteurs. Cette semaine et pour la seconde fois d'affilée, il s'arrête à la fois sur le western et sur Kirk Douglas. Commençons par ce dernier. Il fait l'objet d'une rétrospective où le spectre de son talent est mis à bonne épreuve. Si l'on ne pouvait que regretter la semaine dernière l'absence du très bon Out of the Past de Jacques Tourneur , il n'en sera évidemment pas de même puisque le film est à l'affiche dimanche. L'Emprise du crime passe encore deux fois. N'oubliez pas La Captive aux yeux clairs, de l'immense Howard Hawks. La deuxième thématique de la semaine touche un genre connexe au noir. Il s'agit du western. Mais le western avec un grand W, l'un de ceux qui broient du colt et de la winchester. les films pour la plupart sont connus de tous. Grandioses bien évidemment. Si vous aimez les westerns, vous aurez votre lot de John Ford, mais nous aurons une attention toute particulière pour le Johnny Guitare, du brillant Nicholas Ray...

    Festival 1 : Kirk Douglas

    "Kirk Douglas fut une des douze plus grandes stars hollywoodiennes des décennies 1950-1970, mais son professionnalisme exigeant, sa volonté d'indépendance vis-à-vis des grands studios, son caractère intransigeant, le firent considéré comme une 'maverick star'. Très rapidement, il créa sa propre maison de production 'Bryna' afin de pouvoir réaliser des films dans lesquels il pouvait défendre des idées qui lui tenaient à cœur, et qui, bien souvent, était jugées progressistes. Ne cherchant pas, comme la plupart des stars, à ne tenir que des 'beaux rôles', il n'hésitait pas à jouer des personnages négatifs si le scénario, qu'il étudiait soigneusement, traitait un sujet intéressant, et pas simplement susceptible d'être distractif. Ainsi, il travailla avec les plus grands réalisateurs, Aldrich, Fleischer, Hawks, Huston, Kazan, Kubrick, Mankiewicz, Mann, Minnelli, Wilder, Wyler... marquant de sa forte personnalité des œuvres majeures du cinéma.
    Après la réédition de L'Emprise du crime, nous vous proposons de revoir ou de découvrir quelques uns des meilleurs films de sa longue carrière, dans lesquels nous pouvons juger de sa présence indéniable et de la vérité de son interprétation quel que soit le type humain qu'il incarne.
    Le mercredi 27 juin, la séance de 19 heures est présentée par Dennis Broe, écrivain et universitaire américain, spécialiste du film noir.

    Mercredi 4 juillet :
    L'Emprise du crime, de Lewis Milestone (The Strange Love of Martha Ivers, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Jeudi 5 juillet :
    Une corde pour te pendre, de Raoul Walsh (Along The Great Divide, 14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Vendredi 6 juillet :
    L'Emprise du crime, de Lewis Milestone (The Strange Love of Martha Ivers, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Samedi 7 juillet :
    La Rivière de nos amours, de André de Toth (The Indian Fighter, 14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 8 juillet :
    Pendez-moi haut et court, de Jacques Tourneur (Out of the Past, 14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Lundi 9 juillet :
    La Captive aux yeux clairs, de Howard Hawks (The Big Sky, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Mardi 10 juillet :
    Les Ensorcelés, de Vicente Minelli (The Bad and the Beautiful, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).

    Festival 2 : Western

    "Du 27 juin au 10 juillet, les cinémas Action vous proposent de voir ou revoir des grands classiques du westerns. Cette semaine, de L'Appât à L'Homme des hautes plaines, de Ford, Mann, Ray, Eastwood, etc. Pour tous les goûts, à ne pas manquer ! "

    Mercredi 4 juillet :
    La Conquête de l'Ouest, de John Ford, Henry Hathaway & George Marshall (How the West Was Won, 14 heures, 17 h 20 & 20 h 40).
    Jeudi 5 juillet :
    La Dernière chasse, de Richard Brooks (The Last Hunt, 14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Vendredi 6 juillet :
    La Prisonnière du désert, de John Ford (The Searchers, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Samedi 7 juillet :
    Pat Garrett & Billy the Kid, de Sam Peckinpah (Pat Garrett & Billy the Kid, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Dimanche 8 juillet :
    Johnny Guitare, de Nicholas Ray (Johnny Guitar, 14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Lundi 9 juillet :
    La Ville abandonnée, de William A. Wellman (The True Story of Jesse James, 14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Mardi 10 juillet :
    Le Fils du désert, de John Ford (Three Godfathers, 14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : André De Toth |Jacques Tourneur |Nicholas Ray |Sam Peckinpah |William A. Wellman |Raoul Walsh

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page