Dépêche | Notes noires en d'autres médias

Aussitôt, trois hommes de la garde vidèrent leurs pistolets sur l'Italien. Une balle atteignit Concini au cœur, l'autre à la tête et la dernière dans le bas-ventre. L'homme le plus puissant de France tomba sur le parapet du pont. Un autre archer lui porta alors un coup de hallebarde dans le côté et les suivants, extrayant leurs épées, le percèrent à l'envi.
Jean d'Aillon - La Malédiction de la Galigaï
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

site Internet

MAJ vendredi 20 septembre

Notes noires en d'autres médias
17/05/2010

Notes noires en d'autres médias
Info polar
Dans son émission dominicale du 15 mai, Sophie Loubière survole le catalogue d'une collection dont elle dit le plus grand bien, "Belfond noir", louant notamment la richesse de sa palette allant du thriller horrifique au roman noir intimiste. Ce catalogue a aussi pour attrait d'avoir, aux côtés de grandes stars comme Harlan Coben ou Tom Rob Smith, des "primo-romanciers" prometteurs et des auteurs qui, pour être aguerris en leur pays d'origine, n'ont pas encore été beaucoup traduits en France. Sophie Loubière a tout particulièrement aimé le dernier roman de Neil Cross L’Homme qui rêvait d’enterrer son passé et, aux noms qu'elle cite, on ajoutera par exemple Robert Crais et Colin Harrison. Découvrez ici le catalogue "Belfond noir".
Cercle polar 46 - site de Télérama
Michel Abescat et Christine Ferniot défendent deux polars français. L'échange entre les deux duettistes commence avec Une histoire d'amour radioactive d'Antoine Chainas (Gallimard coll. "Série noire"). L'un et l'autre s'accordent à reconnaître la violence, la dureté de l'univers développé par Antoine Chainas, dans un roman à l'ambiance putride et glauque, à laquelle s'accorde un verbe très cru. C'est "une lecture d'épouvante", conclut Christine Ferniot...
Le roman d'Alexandra Schwartzbrod Adieu Jérusalem, paru chez Stock, bien que très différent - il relève de la politique fiction et se situe en 2017 ; l'on y retrouve tous les acteurs du conflit israélo-palestinien sur fond de contamination bactériologique - n'en est pas moins terrifiant. "C'est l'histoire du chaos, une histoire qui est à peine de la fiction", dit Christine Ferniot. Mais Alexandra Schwartzbrod, journaliste à Libération qui a été correspondante du journal à Jérusalem pendant la dernière Intifada, "écrit en romancière et non en journaliste, de façon extrêmement sensuelle", commente Michel Abescat, notamment à propos des descriptions de Jérusalem. Pour écouter cette chronique, cliquez ici.

S'il nous est impossible d'être exhaustifs et de signaler toutes les pages noires web et/ou papier, nous complèterons cette dépêche en mentionnant l'hommage que Didier van Cauwelaert rend à Frédéric Dard à l'occasion du 10e anniversaire de sa mort sur le site du Figaro rubrique "culture - Livres" - à lire ici.


Liens : Une histoire d'amour radioactive | Colin Harrison | Sophie Loubière | Antoine Chainas | Frédéric Dard | Robert Crais

Par Isabelle Roche

Pied de page