Dépêche | Joe Gores, ironie de l'histoire

Au milieu de la nuit, la venue inopinée de Johnny Hallyday, accompagné de Catherine Deneuve et d'un jeune comédien corse, donne l'occasion à Paulette de se mettre en vedette. L'idole des jeunes a subi un sérieux coup de vent. Des cernes profondes sous les paupières et le regard vitreux, il n'a pas dû sucer de la glace. On pourrait visser un chapeau sur son front tant les rides sont creusées.
Gilbert Béna - Nous étions le milieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 août

Contenu

nécrologie

MAJ dimanche 18 août

Joe Gores, ironie de l'histoire
12/01/2011

Joe Gores, ironie de l'histoire
Mardi 11 janvier était le cinquantième anniversaire de la mort de Dashiell Hammett. Et l'on ne se doutait pas que Joe Gores, auteur brillant de romans policiers, fanatique incontournable d'un des pères du roman noir hard boiled avait cassé sa pipe depuis à peine vingt-quatre heures. Les éditions Rivages venaient tout juste de publier Spade & Archer, le prequel du Faucon maltais (dans lequel apparaissent les deux détectives du roman de Hamett). Quelques années auparavant, Joe Gores nous avais régalé d'un Hammett, où il mettait en scène l'écrivain passé par la glorieuse agence Pinkerton. Si l'on était adepte du mauvais goût, on pourrait dire qu'à quelques heures près, Joe Gores a raté son coup : mourir le même jour que Dashiell Hammett. La légende aurait alors été au rendez-vous. Il s'est éteint dans un hôpital de la petite cité californienne de Marin County.


Liens : Hammett | Spade & Archer | Joe Gores | Dashiell Hammett

Par Julien Védrenne

Pied de page