Dépêche | Jean-Marie n'a pas eu le vil dernier mot

La terre avait meilleure mémoire que les hommes.
Kenan Görgün - Patriot Act
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 octobre

Contenu

nécrologie

MAJ mercredi 16 octobre

Jean-Marie n'a pas eu le vil dernier mot
17/01/2011

Jean-Marie n'a pas eu le vil dernier mot
Ce bon vieux brigand de Jean-Marie Villemot s'en est allé le 9 janvier dernier, victime d'une longue maladie qui ne guettait qu'un faux pas de lui. Et ce n'est sûrement pas un hasard si son dernier voyage l'amènera à Montmorency, terre d'accueil d'un de ses héros, le père Abel Brigand, qui avait été dispenser ses bonnes œuvres au Rwanda avant de revenir en paroisse tranquille. Las, les affaires policières n'ont eu pendant trois romans de cesse de lui mener la vie dure en France et en Côte d'Ivoire, lui permettant tout juste quelques haltes à la Fnac des Halles parisiennes, histoire de céder à la tentation d'acheter de nombreux CD de jazz. Jean-Marie Villemot avait débuté en littérature en 1999 à la "Série noire" gallimardienne. Sa plume ludique était un mélange de poésie et de culture littéraire disséminée ici et là avec légèreté. Il jouait avec ses lecteurs, et leur proposait des puzzles en fin de ses romans. Sa dernière publication connue, une nouvelle dans l'anthologie Les Hommes en noir, parait donc à titre posthume. Les hommes en noir sont donc en deuil, et toutes nos pensées vont vers les femmes petites et grandes de sa vie.


Liens : Jean-Marie Villemot

Par Julien Védrenne

Pied de page