Holiday

Oui, j'aimerais bien le revoir, mais cela fait déjà un moment qu'il a disparu de mes rayonnages. Je me souviens de l'avoir prêté à quelqu'un qui ne me l'a jamais rendu. C'est bon signe, en général. C'est toujours rassurant de savoir qu'on fréquente des personnes de goût, certes malhonnêtes ou peut-être amnésiques, mais avec un certain discernement.
Noël Balen - Écran noir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 06 décembre

Contenu

Roman - Policier

Holiday

Humoristique - Pastiche - Victorien MAJ dimanche 12 décembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Jean-Bernard Pouy
Avec la collaboration de Guillaume Nicloux & Nathalie Leuthreau
Paris : Baleine, novembre 2010
158 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-84219-484-0

Actualités

  • 03/12 Édition: Parutions de la semaine - 3 décembre
    Les curiosités de la semaine sont à moindre format et moindre prix. k-libriste émérite, Frédéric Prilleux coordonne chaque année l'ouvrage réalisé à partir du concours de La Fureur du noir dont les résultats sont annoncés lors du festival de Lamballe. Cette année, il s'intitule Y'a pas de sots métiers ! et comprend dix nouvelles qui sont équitablement partagées entre auteurs confirmés et néophytes. Niveau curiosité toujours, Holiday, de Jean-Bernard Pouy, roman fantaisiste d'ores et déjà adapté par Guillaume Nicloux et un Inspecteur Ruiz(z) intriguant dont nous devons avouer que nous ne savons rien, ce qui ne nous empêchera pas, bien au contraire, d'y jeter un œil. Le Seuil, avec un nouveau Joseph Wambaugh continue dans la lignée noire pure et dure comme on l'aime. Enfin, presque comme chaque semaine, il y en a pour tous les goûts :

    Grand format
    La Clé des invalides, de Frédéric Amespil (Pascal Galodé)
    Crimes à temps perdu, de Christine Antheaume (Ex aequo, "Rouge")
    Dérives, de Nathalie Chacornac (Déméter, "Noir")
    Pour l'amour de IL, de Michel Fremder (Lethielleux)
    Il ne faut pas mourir deux fois, de Francisco Gonzalez Ledesma (L'Atalante, "Insomniaques et ferroiaires")
    Inspecteur Ruiz(z), de Denis de Lapparent (Contrepied, "Autres & pareils")
    Brasiers, de Derek Nikitas (Télémaque, "Entaille")
    Holiday, de Jean-Bernard Pouy (Baleine)
    Ascension et chute d'un prince de la table : le cuisinier que vous pourriez haïr, de Nicolas de Rabaudy (Alphée-Jean-Paul Bertrand)
    L'Envers du décor, de Joseph Wambaugh (Le Seuil, "Policiers")
    Les Monarques, de Vincent Zdenek (Thot)

    Poche
    Le Lac d'or, de Jacques-Pierre Amette (LGF)
    Le Chat qui inspectait le sous-sol, de Lilian Jackson Braun (10-18, "Grands détectives")
    Le Chat qui sniffait de la colle, de Lilian Jackson Braun (10-18, "Grands détectives")
    Accident man, de Tom Cain (Pocket, "Thriller")
    Le Doigt coupé de la rue du Bison, de François Caradec (LGF)
    Flint, de Paul Eddy (Pocket, "Thriller")
    La Revanche de Flint, de Paul Eddy (Pocket, "Thriller")
    Loverboy, de Michele Jaffe (J'ai lu, "Frissons")
    La Coupable idéale, de Judith McNaught (Pocket, "Policier")
    Les Enfants perdus de l'Empire, de R. N. Morris (10-18, "Grands détectives")
    Je reviens te chercher, de Guillaume Musso (Pocket, "Best")
    Parce que je t'aime, de Guillaume Musso (Pocket, "Best")
    Que serais-je sans toi ?, de Guillaume Musso (Pocket, "Best")
    Du bois pour les cercueils, de Claude Ragon (Fayard, "Policier")
    Jugée coupable, de Karen Robards (J'ai lu, "Frissons")
    Juste vengeance, de P. J. Tracy (Pocket, "Thriller")
    Y'a pas de sots métiers !, collectif coordonné par Frédéric Prilleux (Terre de brume, "Granit noir")
    Liens : Y'a pas de sots métiers ! |Nathalie Chacornac |Jean-Bernard Pouy |Cyrille Aubry |Michel Chevron |Philippe Delaoutre |Annick Demouzon |Pascale Fonteneau |Joseph Incardona |Francis Mizio |Jérôme Picot |Dom Roy

Un hôtel bien tranquille au charme anglais

Un couple mal dans son couple décide de passer un week-end dans un hôtel grand luxe en pleine campagne. Premier hic : la belle-mère est du voyage. Second hic : les résidents sont des freaks ou presque - un nain échappé d'un film de David Lynch, une bimbo joueuse de strip-scrabble, une chasseuse d'Atlantes, une véritable Castafiore, un détective à la dentition pourrie, un gynécologue dépressif, une nymphomane qui se promène nue, un artiste peintre... L'hôtel à l'anglaise met donc son puritanisme à l'épreuve. D'autant que si une certaine s'intéresse aux animaux échangistes, l'ascenseur et les couloirs des second et troisième étages sont très fréquentés la nuit. Alors, qui donc a pu commettre le troisième hic et faire taire la cantatrice, propriétaire des lieux en lui écrasant les cordes vocales, lui ôtant par là-même la vie ? Pour le commissaire, les éléments sont souvent trompeurs... alors que bien souvent la solution est d'une simplicité évidente.
Holiday se voulait une fantaisie à la Agatha Christie mais avec du sexe. Contrat rempli. Les références à la littérature policière d'Agatha Christie à Georges Simenon pullulent avec un huis-clos où, mine de rien, Jean-Bernard Pouy s'attarde sur l'évolution des relations entre ses personnages dont aucun n'est négligé - ils sont mêmes croqués en début d'ouvrage. Les dialogues sont enlevés et l'on y retrouve la patte de l'auteur amateur de jeux de mots et de sonorité, les scène multiples s'enchainent à une vitesse impressionnante, un peu comme du théâtre de boulevard. L'idéal pour le cinéma. Sir Pouy n'a pas fumé que la moquette au moment d'écrire ce petit roman condamné dès avant sa naissance à être porté au grand écran par Guillaume Nicloux avec Judith Godrèche, Josiane Balasko et Jean-Pierre Darroussin. Une fantaisie, c'est une fantaisie. Un roman qui ne restera sûrement pas dans les annales de la littérature, mais qui assurément procurera un agréable moment de lecture totalement débridée.

Citation

Une branque de plus. Ça commence à faire beaucoup au mètre carré. C'est comme le mercure, au début c'est sans douleur, mais ça s'entasse et, à force, ça rend fou. On a déjà vu ça au Japon.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 06 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page