Sorry

Ils prennent l'argent des riches, non ?
Alexandre Bonny - Les Rois du crime : le grand banditisme français
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Sorry

Vengeance MAJ mercredi 16 mars 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Zoran Drvenkar
Sorry - 2010
Traduit de l'allemand par Corinna Gepner
Paris : Sonatine, mars 2011
452 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-35584-080-7

Actualités

  • 01/06 Édition: Parutions de la semaine - 1er juin
  • 25/03 Édition: Parutions de la semaine - 25 mars
    Le Salon du livre de Paris vient à peine de fermer ses portes ; la grande saison des festivals policiers s'est amorcée il y a quelques semaines. Si les manifestations foisonnent, les parutions, exceptées celles de l'éditeur Harlequin, ne suivent pas ce rythme étrangement primesautier. La faible quantité des parutions n'empiète pas sur la qualité. Et l'on ne peut que se féliciter de l'arrivée de ces Savages chers à Don Winslow au Masque. Le roman est sûrement l'attraction de la semaine. Il sera avec certitude une des attractions de l'année tant, de livre en livre, Winslow se bonifie. Mais il ne faut pas occulter Sorry, l'entreprise à excuses, de Zoran Drvenkar chez Sonatine. D'ailleurs, l'auteur nous en dira un peu plus long sur son roman d'ici quelques jours. Ni même les 220 Volts d'un Joseph Incardona aux inspirations carviennes très prononcées ; encore moins l'infiltration des mafias chinoises de Patrick Delachaux chez Zoë (Grave panique) ; encore encore moins la troisième aventure de Lassiter en terre Hemingway, de Craig McDonald, qui s'expliquera bientôt dans k-libre 3'57, une nouvelle émission vidéo lancée sous quinze jours, - On ne meurt qu'une fois chez Belfond. Le reste, comme d'habitude, se trouve là :

    Grand format :
    Le Secret de l'enclos du Temple, de Jean d'Aillon (Flammarion, "Les Enquêtes de Louis Fronsac")
    Grave panique, de Patrick Delachaux (Zoé)
    Sorry, de Zoran Drvenkar (Sonatine)
    Sous le regard de l'ange, de Andrea Ellison (Harlequin, "Mira")
    220 volts, de Joseph Incardona (Fayard, "Noir")
    Dans l'ombre du bayou, de Lisa Jackson (Harlequin)
    On ne meurt qu'une fois, de Craig McDonald (Belfond, "Noir")
    Fauve, de Viviane Moore (L'Écriteau)
    Portobello, de Ruth Rendell (Les 2 Terres, "Best-seller")
    Le Silence du mal, de Erica Spindler (Harlequin, "Mira")
    Le Secret des marais, de Amanda Stevens (Harlequin)
    La Terre fredonne en si bémol, de Mari Strachan (NIL)
    Piège mortel à L'&Icrirc;le-Rousse, de Rémi Talbi (Coëtquen)
    Savages, de Don Winslow (Le Masque)

    Poche :
    Dans l'ombre de l'autre, de Mirabelle Baranne (Le Vallon, "Commissaire Mira")
    Pièges d'outre-tombe, de Charlaine Harris (J'ai lu, "J'ai lu pour elle")
    Les Disparus de Monte Angelo, de Thomas Kanger (10-18, "Domaine policier")
    Les Premières enquêtes de Maigret, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    L'Affaire de la veuve noire, de Jeronimo Tristante (10-18, "Grands détectives")
    Omnivore, de Samuel Zaoui (L'Aube, "Noire")
    Liens : L'Affaire de la Veuve noire |Jean d'Aillon |Yves Patrick Delachaux |Zoran Drvenkar |Joseph Incardona |Craig McDonald |Viviane Moore |Ruth Rendell |Georges Simenon |Jeronimo Tristante |Don Winslow

Des corps et des esprits tordus par la douleur

Zoran Drvenkar, sans pour autant tricher, est un auteur rusé car il a construit avec Sorry un roman à plusieurs niveaux chronologiques où il intoduit un découpage des scènes accentuant le suspense. Car les victimes sont peut-être plus coupables que le tueur, et parce qu'il est parfois plus facile d'être mort que de vivre détruit. Sorry atteint des dimensions effrayantes avec des perspectives renversées à partir du moment où l'on arrive au centre du livre où se trouve un personnage, l'homme qui n'existait pas, qui a créé une fiction raisonnée où torture et pédophilie sont un moyen d'éducation pour aboutir à une élite.
Lorsque leur entreprise se développe, les quatre personnages centraux de ce roman achètent, pour installer leurs nouveaux bureaux, une grande maison en plein Wansee. Or qu'est-ce que ce quartier de Berlin sinon l'endroit huppé où les nazis se sont réunis pour décider de la Solution Finale ? Depuis le "peuple allemand" doit s'excuser de ce génocide. Les entreprises aussi aujourd'hui mais pour un employé licencié par erreur, des remords d'avoir chassé une secrétaire qui ne répondait pas aux avances... C'est là le concept des quatre entrepreneurs qui prennent en charge la mauvaise conscience des patrons allemands. Aussi, quand ils se rendent chez une secrétaire pour s'excuser, qu'ils découvrent un cadavre cloué à la porte, et qu'ils répondent au téléphone qui sonne en plein silence, ils ne savent pas qu'ils vont se retrouver dans la situation éculée de l'arroseur arrosé. Car ils ont au bout du fil le tueur qui les charge de présenter des excuses au corps torturé et de s'en débarrasser... À partir de ce moment, ils se trouvent menacés par le tueur tout en essayant de comprendre pourquoi ils ont été choisis et pourquoi le tueur demande pardon à ses victimes. La réponse est vertigineuse car pour l'assassin le pardon est aussi l'objet d'une longue réflexion...
Zoran Drvenkar, à aucun moment, ne donne son avis, mais reste dans une écriture neutre autant pour justifier l'innommable que pour décrire l'intolérable, ce qui ajoute encore à la tension qui soude le livre.


On en parle : Alibi n°2

Citation

Je laisse le coffre ouvert pendant quelques minutes pour en chasser la puanteur, puis, à l'aide d'une grande quantité de ruban adhésif, je replace la tête là où elle doit être. C'est le troisième jour. Je ne lui donne pas d'eau. Il ne l'a pas mérité.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page