Les Maisons aux paupières crevées

À l'étage, la Thompson se remit à mitrailler sans relâche, les balles cognant sourdement les murs à travers toute la maison, les douilles dansant sur les planchers, comme si Jack Collins avait déclaré la guerre à tout ce qui était à niveau, ou carré, ou d'aplomb, ou qui possédait la moindre intégrité géométrique.
James Lee Burke - La Fête des fous
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 22 octobre

Contenu

Roman - Noir

Les Maisons aux paupières crevées

Social MAJ samedi 10 janvier 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 11 ans

Prix: 5,9 €

Christian Roux
Christophe Merlin (illustrateur de couverture)
Paris : Syros, septembre 2008
160 p. ; 18.5 x 11 cm
ISBN 978-2-74-850719-5
Coll. "Souris noire"

Un vrai-faux polar

Après avoir passé quelques semaines chez sa grand-mère, Mathilde est prise d'un pressentiment. Elle est sans nouvelles de son amie Jocelyne qui avait promis de lui écrire au sujet d'une mission secrète. Elle rentre précipitamment à Paris, désert en cette fin de mois d'août, même dans le XVIIIe arrondissement. Mathilde parcourt les rues, interroge les gens du quartier, cherche dans l'immeuble de son amie et ses alentours, mais sans succès. La petite chambre que Jocelyne occupait avec sa mère semble s'être arrêtée comme une horloge, tout l'immeuble est inhabité, pourquoi ?
Ce roman traite avec sensibilité de la clandestinité et des sans-papiers, de la prise de conscience d'une jeune fille. C'est une leçon de tolérance, un texte engagé et poétique.

Citation

Les blocs gris [...] scellaient ces immeubles plus sûrement que des tombes, et pourtant, peu à peu, des trous étaient apparus aux fenêtres, crevant leurs paupières de béton.

Rédacteur: Valérie Sebag mercredi 17 décembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page