Macao

J'accumule les morts : c'est comme si, en tuant le monsieur, j'avais donné un ordre d'exécution et que depuis, des soldats fous tiraient à l'aveugle autour de moi. Les corps tombent comme des mouches et je ne sais pas comment arrêter l'hémorragie.
Boris Quercia - La Légende de Santiago
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

DVD - Noir

Macao

Mafia MAJ dimanche 27 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Nicholas Ray & Josef von Sternberg
Macao - 1952
Introduction de Serge Bromberg
Paris : Montparnasse, septembre 2003
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 8

Actualités

  • 04/06 Cinéma: Le film noir, Les Incorruptibles et deux coups d'État - acte II
  • 03/04 Cinéma: Burt Lancaster et les Bad Guys
    C'est quasiment une double thématique "Mauvais garçons" qui nous est proposée cette semaine à L'Action Christine*. On ne le dira jamais assez, mais Burt Lancaster n'est pas un modèle d'angélisme dans et hors ses films. Cela étant dit, la programmation vous permettra d'avoir une vision de l'étendue de sa classe devant la caméra. Les "Bad Guys" sinon reviennent en masse avec toujours eux aussi autant de classe. On se rappellera Humphrey Bogart dans un beau mauvais rôle au milieu de la Sierra Madre. On appréciera la double introspection dans l'œuvre cinématographique de Samuel Fuller et de John Huston. On s'amusera de la légèreté de Robert Mitchum à Macao. Au final, un peu comme d'habitude, une bien belle semaine dans les salles obscures...

    Festival 1 : Burt Lancaster
    Mercredi 4 avril :
    Les Amants traqués (Kiss the Blood Off My Hands), de Norman Foster (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Jeudi 5 avril :
    La Flèche et le flambeau (The Flame and the Arrow), de Jacques Tourneur (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Vendredi 6 avril :
    The Swimmer (The Swimmer), de Frank Perry (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Samedi 7 avril :
    Les Tueurs (The Killers), de Robert Siodmak (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 8 avril :
    Le Vent de la plaine (The Unforgiven), de John huston (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Lundi 9 avril :
    Les Démons de la liberté (Brute Force), de Jules Dassin (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Mardi 10 avril :
    Les Amants traqués (Kiss the Blood Off My Hands), de Norman Foster (14 heures, 16 heures & 18 heures).

    Festival 2 : le polar - les mauvais garçons
    Mercredi 4 avril :
    Le Port de la drogue (Pickup on South Street), de Samuel Fuller (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Jeudi 5 avril :
    L'Enfer de la corruption (Force of Evil), de Abraham Polonsky (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Vendredi 6 avril :
    Macao, le paradis des mauvais garçons (Macao), de Joseph von Sternberg (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Samedi 7 avril :
    La Maison de bambou (House of Bamboo), de Samuel Fuller (16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 8 avril :
    Quand la ville dort (The Asphalt Jungle), de John huston (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Lundi 9 avril :
    Le Trésor de la Sierra Madre (The Treasure of the Sierra Madre), de John Huston (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Mardi 10 avril :
    Le Port de la drogue (Pickup on South Street), de Samuel Fuller (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Samuel Fuller |Josef von Sternberg |Jacques Tourneur

  • 22/06 Cinéma: L'Action Christine porte les durs à l'écran

Chasse à l'homme exotique

En 1952, Joseph von Sternberg (rappelez-vous L'Ange bleu avec Marlene Dietrich) réalise Macao, un film noir qui débute comme un documentaire censé faire ressurgir les peurs que l'Asie, continent mystérieux par essence, aime à cultiver. Le film sort des studios de la RKO trois ans après Ça commence à Vera Cruz, de Don Siegel. On retrouve le duo masculin Robert Mitchum-William Bendix avec pour ce dernier la même issue mortelle (mais pas le même rôle, c'est déjà ça). Quant à Mitchum, il ne s'est pas passé sept minutes (il incombe de retirer les trois minutes initiales à teneur documentaire sur le port de Macao) qu'il embrasse déjà à bord d'un bateau (début également de l'intrigue du film de Don Siegel avec là aussi un passage remarqué à la douane) la très ravissante Jane Russell. Et l'on se dit que le lancer de chaussure, parfois, à du bon. Mais il nous faut bien parler de l'intrigue. Alors.... Le film pourrait s'appeler Trois Américains à Macao. Nick Cochran (Robert Mitchum), Julie Benson (Jane Russell) et Lawrence Trumble (William Bendix) débarquent en même temps à Macao. Le premier est un G.I. en fuite pour un délit mineur, la seconde est une chanteuse de cabaret sans le sou et le troisième un inspecteur de police sous couverture. Ils vont tous les trois converger vers Vincent Halloran (Brad Dexter), parrain de la pègre locale. Il va être question d'opium (évidemment), de trafic de diamants, d'alcool et de meurtre. Bien entendu, Robert Mitchum a le beau rôle dans un film dont le montage final a été confié à Nicholas Ray (vous connaissez au moins Les 55 jours de Pékin, l'hymne à la résistance héroïque des Occidentaux face à la fourberie des intrigants qui gravitaient autour de l'impératrice de Chine). Il y a de l'action (une course poursuite étonnante de jonque en jonque), de l'humour, des sentiments (avec le couplet du "viens faire un tour en barque"), de l'honneur et un retour à l'ordre. C'est enlevé, distrayant, très bien joué avec une utilisation de la lumière parfois déroutante mais prompte à révéler la face sombre de Macao. Et c'est du von Sternberg classe. Que demander de plus ?

Bande annonce en américain :


Macao : 81 min. réalisé par Joseph von Sternberg, monté par Nicholas Ray avec Robert Mitchum, Jane Russell, William Bendix, Thomas Gomez...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Citation

Voici Macao, point insignifiant sur la surface du globe, sur la Côte Méridionale de la Chine, à 50 kms de Hong-Kong. C'est une ancienne colonie portugaise assez pittoresque. C'est le carrefour de l'Orient. La population est très mélangée, principalement chinoise. Macao, appelé souvent le Monte-Carlo de l'Orient a deux visages : l'un calme et ouvert, l'autre voilé et secret. Gros trafic d'or et de diamants sur les tables de jeu ou par des voies mystérieuses. Macao est un port de salut idéal pour les fugitifs. Là, la police internationale n'a plus pouvoir.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 21 février 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page