À la trace

Franz demeura silencieux. Il posa sur Sarah un regard sombre. Un peu comme un puits profond, du genre de ceux qu'on peut voir, enfant, assis sur une margelle. C'est ce qu'elle pensa : ce regard ressemblait à un puits dans lequel on aurait jeté un tas de secrets avec la certitude qu'ils y seraient absorbés.
Laurence Fontaine - De mauvais sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 juillet

Contenu

Roman - Thriller

À la trace

Ethnologique - Social - Terrorisme MAJ jeudi 28 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Deon Meyer
Spoor - 2012
Traduit de l'afrikaans par Marin Dorst
Paris : Le Seuil, février 2012
724 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-105414-9
Coll. "Policiers"

Actualités

  • 27/06 Librairie: La Machine à lire sélectionne des polars de l'été
  • 24/05 Édition: Parutions de la semaine - 24 mai
  • 24/04 Prix littéraire: 2013 : premier tour des Trophées 813
    Les adhérents de l'association 813, les Amis des littératures policières, ont eu à s'exprimer afin de définir les sélections des Trophées. Les nommés tant en romans et nouvelles francophones qu'en étrangers confirment une tendance relevée cette année avec quelques intrusions bienvenues (Alix Deniger, Christian Roux, Deon Meyer & Benjamin Whitmer). L'on a beaucoup parlé de Paul Colize, Jérémie Guez, Karim Miské et olivier Truc ; Victor del Árbol et Donald Ray Pollock ont déjà trusté nombre de prix. L'ensemble est de haute tenue et semble laisser poindre une nouvelle génération d'auteurs - surtout en ce qui concerne les romanciers francophones - rappelons que Paul Colize est belge. L'on regrettera cependant l'absence de romancières. Le Trophée Maurice Renault, s'il est censé récompenser avant tout un essai, offre la part belle aux blogs et à notre site. Nous ne saurions cependant conseiller aux adhérents de privilégier La Tête en noir, plus vieux fanzine du genre, ou L'Indic, revue de l'association Fondu au noir, tant le Trophée nous parait plus devoir promouvoir une œuvre imprimée et non virtuelle. Mais cet avis n'engage que nous. Enfin, la sélection du renaissant Trophée de la bande dessinée promet. Les amateurs de bandes dessinées graphiques sont servis entre Blaste, troisième du nom, Castilla Drive, Pizza Road Trip et Zone blanche. Ces Trophées s'annoncent prometteurs avec des choix hitchcockiens. Les adhérents ont jusqu'au samedi 20 octobre pour faire leur choix !

    Trophée du roman francophone ou recueil de nouvelles :
    - Back up, de Paul Colize (La Manufacture de livres) ;
    - I cursini, d'Alix Deninger (Gallimard, "Série noire") ;
    - Balancé dans les cordes, de Jérémie Guez (La Tengo) ;
    - Arab jazz, de Karim Miské (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes") ;
    - L'Homme à la bombe, de Christian Roux (Rivages, "Noir") ;
    - Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir").

    Trophée Michèle Witta du roman étranger ou recueil de nouvelles :
    - La Tristesse du samouraï, de Victor del Árbol (Actes sud, "Actes noirs") ;
    - À la trace, de Deon Meyer (Le Seuil, "Policiers") ;
    - Le Diable, tout le temps, de Donald Ray Pollock (Albin Michel, "Terres d'Amérique") ;
    - Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire").

    Trophée Maurice Renault (essai, article de presse, magazine...) :
    - L'Indic, revue de l'association Fondu au noir ;
    - La Tête en noir, fanzine dirigé par Jean-Paul Guéry ;
    - Action suspense, blog de Claude Le Nocher ;
    - Actu du noir, blog de Jean-Marc Laherrère ;
    - k-libre, site dirigé par Julien Védrenne.

    Trophée bande dessinée :
    - Blast. 3, La Tête la première, de Larcenet (Dargaud) ;
    - Castilla Drive, d'Anthony Pastor (Actes sud, "L'An2") ;
    - La Peau de l'ours, de Zidrou & Oriol (Dargaud) ;
    - Pizza Road Trip, d'El Diablo & Cha (Ankama) ;
    - Zone blanche, de Jean-Claude Denis (Futuropolis).
    Liens : Back up |I cursini |Balancé dans les cordes |Arab jazz |L'Homme à la bombe |Le Dernier Lapon |La Tristesse du Samouraï |Le Diable, tout le temps |Pike |Castilla Drive |Zone blanche |Paul Colize |Alix Deniger |Jérémie Guez |Karim Miské |Christian Roux |Olivier Truc |Deon Meyer |Donald Ray Pollock |Benjamin Whitmer |Jean-Paul Guéry |Jean-Marc Laherrère |Manu Larcenet |Anthony Pastor

La menace

À la trace, pavé de sept cent cinquante pages, est découpé en quatre "livres". Tout se passe en Afrique du Sud en 2009. Le personnage principal, est Milla Strachan (deux livres lui sont consacrés). Après vingt ans de vie conjugale ratée (mais vraiment ratée, un mari qui la maltraite, un fils adolescent qui marche largement sur les traces de son père), elle décide de fuir pour recommencer sa vie. Elle trouve du travail comme documentaliste à l'Agence Présidentielle de Renseignements. Cette dernière est sur les dents car, d'après leurs renseignements, le Comité Suprême, groupuscule islamiste, serait sur le point de faire "un gros coup". Entre la volonté de déjouer leurs plans et l'intérêt d'avoir une "belle" menace islamiste pour que l'Agence tienne sa place (les manigances politiques de sa patronne) l'affaire va être surexploitée – avec parfois un manque flagrant de réflexion dans le prisme d'observation. Cette affaire croisera la trace de Lemmer (rencontré dans Lemmer l'invisible) qui va se retrouver à accompagner la migration de deux Rhinocéros noirs (espèce en voie de disparition, sinon pourquoi besoin d'un garde du corps ?) entre le Zimbabwe et l'Afrique du Sud. Et croisera celle de Mat Joubert, reconverti en détective privé.
Au détour d'une phrase, un des protagonistes résume parfaitement le projet de ce livre ambitieux de Deon Meyer : "Ce sont des histoires pleines de sens, qui donnent à penser." L'homme, après une incursion dans le thriller musclé (13 heures, chez le même éditeur) revient à ce en quoi il excelle : l'étude de son pays. Avec un polar mêlant espionnage, trafics, réflexions sur le devenir de l'Afrique du Sud, courants sous-terrains... il brosse un tableau d'une parfaite acuité. Bien qu'épais et prenant le temps d'amener son intrigue (découpage), il réussit à mener parfaitement son histoire avec rythme et densité (en particulier le livre de Lemmer) même si la dernière partie est en demi-teinte. En effet, si elle conclue bien le roman, elle fait plus penser au début d'un livre avec la reconversion de Mat Joubert (changement de rythme assez frappant).


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°45 |Alibis n°43

Nominations :
Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2013

Citation

Le pisteur a souvent une idée préconçue de l'aspect d'un signe typique. Un préjugé le conduira donc à voir ce qu'il a envie de voir. Afin d'éviter de telles erreurs, il doit faire attention à ne pas prendre de décisions trop rapidement.

Rédacteur: Christophe Dupuis dimanche 26 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page