Le Carcan

J'ai peut-être été fou. Mais je me sens soulagé. Ma colère a disparu. Il ne me reste que la haine.
Francis Zamponi - In Nomine Patris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Noir

Le Carcan

Huis-clos - Urbain - Crépusculaire MAJ lundi 05 novembre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10,65 €

Christian Michaud
Préface de Méhana Amrani
Paris : Persée, mai 2012
124 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-8231-0117-1

Poétique de la ville

Un voyage. Qui débute au Moyen Âge. Une histoire : celle du corps entravé. Jadis physiquement, aujourd'hui mentalement. L'histoire de la contrainte sociale en somme, au fil des temps humains. Une contrainte dont un étranger tente de s'affranchir. En vain. Car la vie est un conte cruel. C'est du moins la perspective dans laquelle est écrit ce texte. Un étranger donc, posé a priori et dans l'abstraction d'une forme vague voyageant dans un décor vidé de toute substance. Il déambule. On songerait ici à quelque poétique de la ville. Mais il n'y a pas de ville : ne reste qu'un décor de carton pâte. Administré par quelque sectateur de Cioran. Dérive noire donc, nécessairement. Rues évidées, immeubles nus. Le récit est une pure abstraction. Il ne s'y passe rien, le personnel de l'œuvre est réduit à sa portion congrue. Seule la narration se dévide, poétique – pour le dire vite. Le personnage que l'on y croise est le produit d'une pensée abstraite. La ville est sans nom. L'étranger se refuse à nommer les choses, excluant de donner du souffle à un lieu que rien ne doit animer. Mais le ton est bilieux. Celui de qui veut avoir raison. Développant donc sa raison avec application : la construction d'un univers fictif abstrait. Un monde stigmatisé, nécessairement oppressant, où les hommes ne peuvent être que liges, abusés et abusant les uns des autres. Un monde de laboratoire pourrait-on dire, celui des idées, pour mieux en souligner le grotesque. Mais de grotesque, ce monde a priori et bien trop clinique, peine à se revêtir. Et le carcan, au final, pourrait bien être cette narration, qui emprisonne avec tant de soins ses idées. Concepts taillés à la mesure d'une démonstration acquise d'emblée. Dès la préface, invraisemblable, dévorant par avance tout le texte à venir, dirimante quant aux idées, dirimante quant au texte qu'elle introduit... Un éventaire plus que l'inventaire des contraintes sociales qui ont tué l'humain. Un éventaire qui l'ensevelit cet humain, dans une écriture célébrant volontiers sa propre tangente apocalyptique. Un récit qui se serait fait chaire, dans l'oubli de la chair du récit...

Citation

Une meute de chiens ébouriffés vient à sa rencontre, derniers vestiges d'une relation encore possible.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 25 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page