Double meurtre à Borodi Lane

Si j'avais su plus tôt que ce maçon était ton compagnon, je t'aurais conseillé de quitter la ville au plus vite, mais maintenant il risque autant dehors que dedans. Et à l'intérieur, toi, au moins, tu es en sécurité.
Laetitia Bourgeois - Les Assiégés du mont Anis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Double meurtre à Borodi Lane

Assassinat - Terrorisme - Procédure MAJ vendredi 24 août 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Jonathan Kellerman
Evidence - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Frédéric Grellier
Paris : Le Seuil, mars 2012
418 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-103255-0
Coll. "Policiers"

Actualités

  • 15/03 Édition: Parutions de la semaine - 15 mars
  • 16/03 Édition: Parutions de la semaine - 16 mars
    Une semaine placée sous le signe de la seconde chance avec les publications au format poche des romans en "Folio policier" de D.O.A. (Le Serpent aux mille coupures et surtout du nouvellement regretté William Gay (La Mort au crépuscule). Toujours en poche, à signaler, le dernier roman de l'Argentin Ernesto Mallo, Voyou argentin, où le retour de Lascalo. Stéfan Máni revient avec Noir karma à la "Série noire" pour un roman que l'on espère plus abouti que le précédent (qui ressort en poche, et qui avait ouvert quelques voies sans prendre la peine de les refermer). Le livre de la semaine, à notre humble avis subjectif (vu que nous n'avons pas lu tous les ouvrages listés), est à piocher du côté de chez Viviane Hamy, avec Karim Miské, un nouveau venu, qui signe un prometteur Arab jazz. Aurélien Molas signe peut-être le roman de la confirmation, du moins celui que l'on attend au tournant. Marie Vindy débarque dans la collection "Fayard noir". Et les éditions de Minuit nous proposent une œuvre commise par... Alain Robbe-Grillet !
    Pour le reste, faites votre choix :

    Grand format :
    Qui veut encore tuer le Christ ?, de Gilbert Abas (Tatamis)
    Le Sang de la vigne. On achève bien les tonneaux, de Jean-Pierre Alaux & Noël Balen (Fayard)
    Départ de feu, de Alex Berenson (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Meurtre sur la côte ouest, de Sandy Cook (ESI)
    Et pourtant j'étais mort, de Xavier Couture (Le Masque, "Grands formats")
    Le Saboteur, de Clive Cussler & Justin Scott (Grasset)
    Joyeux Noël Constantin !, de Gilles Del Pappas (Après la lune)
    L'Enfer commence maintenant, de Karin Fossum (Le Seuil, "Policiers")
    La Mort au crépuscule, de William Gay (Folio, "Policier")
    Arab jazz, de Karim Miské (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes")
    Double meurtre à Borodi Lane, de Jonathan Kellerman (Le Seuil, "Policiers")
    Un thé chez Confucius, de Frédéric Lenormand (Philippe Picquier)
    L'Intrus, de David L. Lindsey (Gallimard, "Série noire")
    Noir karma, de Stefan Mani (Gallimard, "Série noire")
    Ordures connection, de P. J. Martin (L'Écailler, "Pulp")
    Les Fantômes du delta, d'Aurélien Molas (Albin Michel, "Romans français")
    Givre noir, de Pierre Pelot (La Branche, "Vendredi 13")
    Movida kamikaze, d'Adrien Petrache (LC éditions du Nouveau livre, "Collection suspense noir")
    Wonderland, de Gilda Piersanti (Le Passage, "Ligne noire")
    Le Roi lézard, de Dominique Sylvain (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes")
    The Doors : 21 nouvelles aux portes du noir, sous la dir. de Jean-Noël Levavasseur (Buchet Chastel, "Littérature française")
    Une femme seule, de Marie Vindy (Fayard, "Noir")

    Poche :
    Demasiado corazon, de Pino Cacucci (Bourgois)
    Jeux de pouvoir, de John Connor (Le Masque, "Masque jaune")
    Le Serpent aux mille coupures, de D.O.A. (Folio, "Policier")
    Le Cercle Octobre, de Robert Littell (Pointdeux)
    Voyou argentin, de Ernesto Mallo (Rivages, "Noir")
    Noir océan, de Stefan Mani (Folio, "Policier")
    Les Gommes, d'Alain Robbe-Grillet (Minuit, "Double")
    Les Anges s'habillent en caillera, de Rachid Santaki (Points, "Roman noir")
    Mesquite Road, de Gabriel Trujillo Muñoz (Folio, "Policier")
    Le Huitième péché, de Philipp Vandenberg (City, "Poche thriller")

    Grands caractères :
    Les Neuf dragons. 1, de Michael Connelly (La Loupe)
    Les Neuf dragons. 2, de Michael Connelly (La Loupe)
    Un safari tout confort, d'Alexander McCall Smith (La Loupe, "Détective")
    Samedi 14, de Jean-Bernard Pouy (La Loupe, "Roman")
    Liens : Les Neuf dragons |Le Serpent aux mille coupures |La Mort au crépuscule |Noir Océan |Arab jazz |On achève bien les tonneaux |Jeux de pouvoir |Jean-Pierre Alaux |Alex Berenson |Michael Connelly |John Connor |Clive Cussler |Gilles Del Pappas | D.O.A. |William Gay |Jonathan Kellerman |Frédéric Lenormand |Robert Littell |Ernesto Mallo |Stefán Máni |Alexander McCall Smith |Aurélien Molas |Pierre Pelot |Gilda Piersanti |Jean-Bernard Pouy |Dominique Sylvain |Jean-Noël Levavasseur |Gabriel Trujillo Muñoz |Marie Vindy |Karim Miské |Rachid Santaki

Tueur de série

Jonathan Kellerman a eu son heure de gloire, imposant son personnage de psy et ses architectures criminelles élaborées se passant souvent dans la haute société californienne (le sommet étant peut-être l'excellent Double miroir). Mais vingt-quatre romans plus tard, les policiers sont fatigués et l'inspiration se tarit... Les séries télévisées, du type "qu'il FAUT voir et obligatoirement trouver top-géniale sous peine de ne pas être l'homme ou la femme du XXIe siècle" ayant habitué le cochon de payant à manger la même soupe sous des emballages vaguement différents, on présume que le lecteur y trouvera ce qu'il cherche : la découverte de deux cadavres emmène Milo Sturgis et Alex Delaware dans une enquête menée principalement à base de dialogues et d'interrogatoires où se mêlent riches arabes et éco-terroristes, dont une méchante typiquement hollywoodienne - étrangère, artiste, donc arrogante comme le sont tous ces gens-là, et soupçonnée de nazisme, comme quiconque a une once de sang germanique. Lorsque vient le troisième tiers du roman, le lecteur aura eu raison d'avoir pris des notes pour se rappeler qui est qui, et qui a tué qui — mais les afficionados vous diront que cela fait partie du plaisir ! Car pour un roman "psychologique", on peut lui reprocher un certain manque d'épaisseur des personnages, même dans le style typiquement behavioriste de Jonathan Kellerman. Bref, on a ce que promet l'emballage, pas plus, mais pas moins non plus. Pour la fraîcheur et l'inventivité, il faudra chercher ailleurs…

Citation

Comme Milo est bien placé pour le savoir, je fais encore moins confiance au profilage qu'à la divination dans les feuilles de thé ou aux sondages politiques.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 19 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page