Carmen (Nevada)

En vérité tu n'es qu'un scarabée qui se nourrit de charognes
Roch Di Miglio - Le Choix du Dragon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 juillet

Contenu

Roman - Noir

Carmen (Nevada)

Social - Urbain MAJ mercredi 06 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,6 €

Alan Watt
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux
Paris : Le Masque, février 2013
286 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3900-5

Culpabilité

Carmen, Nevada, son lycée, son équipe de football. Soir de fête classique, alcool à flot, les gars tentent de séduire les filles et humilient les plus faibles pensant prouver leur virilité... Neil, qui a emprunté l'Eldorado de son père, repart bourré bien que ses amis lui enjoignent de rester. Il joue à se faire peur sur la grande ligne droite du retour, en éteignant les phares, et... écrase l'un des adolescents qui rentrait à pied. Paniqué, il le met dans le coffre, rentre chez lui et peine à trouver le sommeil. Le lendemain matin, ne sachant que faire, il se précipite à la voiture : le coffre est vide et immaculé. Le père de Neil est le shérif du village, un mur de briques, dur et violent, qui a élevé son fils seul depuis que sa mère les a quittés alors que le petit n'avait que trois ans. Pas causant, intimidant, il ne dit évidemment pas un mot à son fils, qui ne sait sur quel pied danser, et qui se doute bien que d'un côté ou d'un autre, les ennuis vont arriver. Les affronter, se défiler ? Telle est la question...
Alice Monéger a bien eu raison d'exhumer cette petite pépite initialement parue dans "La Noire" de Gallimard. Le texte est fort, plein de finesse, explorant les relations père-fils, l'amitié (dénoncer son ami qu'on sent coupable ou non ?) et passant au crible quelques couches sociales de cette ville américaine. Le meurtre va faire exploser tous les non-dits et la tension ne va cesser de monter jusqu'à un beau rebondissement final.

Citation

Cela faisait des années que je fuyais ce meurtre, bien avant que les Curtis débarquent à Carmen.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 04 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page