Plus tard, je serai moi

Dans l'Ouest, la justice et les tribunaux étaient inconnus. Les premiers pionniers se considéraient les maîtres de leurs empires. La loi n'était pas de cet avis. Un juge itinérant des Etats-Unis avait besoin de trois choses : le code pénal, un cheval et une arme. Plus il avançait à l'ouest, moins le code lui était utile. J'allais vers l'ouest.
Jacques Tourneur - Le Juge Thorne fait sa loi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Roman - Insolite

Plus tard, je serai moi

Social - Chantage - Complot MAJ mercredi 10 avril 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 8,7 €

Martin Page
Rodez : Le Rouergue, mars 2013
74 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0491-1
Coll. "DoAdo"

Artiste ou rien

Séléna ne sait pas à quoi elle ressemble. Ou plutôt, à quoi elle devrait ressembler. Comment être soi-même ? Elle tente un chignon, une tresse. Comment exprimer ce que l'on est intérieurement ? Le collège est si dur d'ordinaire, quant à l'identité que les uns et les autres affirment. Le collège et son cortège de jalousies, d'arrogances, de méchancetés gratuites qui peuvent pousser au suicide, et de ces jeux sociaux si souvent cruels. Sans doute sait-elle moins ce qu'elle veut être que son amie Vérane, dans son fauteuil roulant, pétillante et acerbe, sûre d'elle, de son avenir professionnel même : elle veut être astrophysicienne. Séléna, elle, ne sait pas. Jusqu'au soir où, en rentrant chez elle, elle découvre que ses parents, eux, savent : elle sera artiste. Underground serait mieux. Rebelle n'osent-ils rêver, cerise sur le gâteau bobo qu'ils dévorent tous les jours à belles dents. Ils n'ont pas complètement arrêté leur décision, mais ils complotent pour qu'elle le devienne. Loufoquement et à fronts renversés quand tous les parents du collège veulent voir leurs enfants devenir médecin ou avocat… Tu seras artiste, ma fille. C'est cool : dorénavant, elle peut faire ce qu'elle veut. Artiste ou rien, la somment-ils. C'est moins cool. D'autant qu'ils découvrent que l'éducation qu'ils lui ont donnée n'y pousse pas vraiment. Trop de confort, pas assez d'épreuves. C'est bien connu : les artistes, pensent-ils, ont vécu une vie tourmentée, mouvementée. La fabrique du rebelle est en marche. Si elle pouvait commencer par voler dans les magasins, ce serait une bonne chose. Mais Séléna ne vole pas, n'agresse personne, ne fomente aucune émeute au collège, aucun complot, n'envisage le meurtre de personne. Pire : elle a sympathisé avec le proviseur ! Pas de doute, il faut lui mener la vie dure. Du coup ses parents installent la pénurie dans la maison, vident le frigo, coupent l'électricité, le chauffage. Mais rien n'y fait. Ils s'inventent même des addictions au poker, laissent traîner des canettes de bière dans le salon, des épaves de whisky, ne font plus le ménage... Et ensevelissent Séléna sous des tonnes de cadeaux : une boîte d'aquarelle, cent kilos d'argile, des couteaux de sculpteur, un Mont Blanc au cas où la plume la tenterait, un appareil photo, une caméra, un piano, une prof de piano... C'est d'un drôle absolu ! Jusqu'au jour où Séléna en a marre et fugue chez sa tante, après leur avoir laissé pour mot : "Je serai moi", qui donne son titre au roman, superbe titre d'un récit enlevé.

Citation

Il y a une alliance objective entre le froid et l'école...

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 22 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page