BZRK. 2, Révolution

Les gens les ont sûrement observés, cachés derrière leurs épais rideaux et, parce qu'ils n'ont pas pu entendre tout ce qu'ils se disaient, ils auront envie d'en savoir plus. Sauf qu'ils n'oseront pas demander.
Lori Roy - De si parfaites épouses
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 22 août

Contenu

Roman - Espionnage

BZRK. 2, Révolution

Fantastique - Scientifique MAJ lundi 25 novembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 14 ans

Prix: 18,9 €

Michael Grant
BZRK Reloaded - 2013
Traduit de l'anglais par Julien Ramel
Paris : Gallimard jeunesse, septembre 2013
446 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-07-064657-9
Coll. "Romans ado"

Nano-manipulation à grande échelle

Sadie et Noah sont devenus, chacun à leur manière, des agents hors pairs. Recrutés pour infiltrer de leurs biobots – machines biotechnologiques – les cerveaux des leurs adversaires, leur engagement dans le monde nano prend une dimension supplémentaire lorsque sont constatés dans le monde réel des agissements très étonnants. Jusqu'à quel point accepteront-ils d'aller alors même qu'ils ont de plus en plus conscience du danger que représentent leurs missions ? Parviendront-ils à ne pas perdre de vue la vraie vie alors que leurs plongées dans les organismes sont de plus en plus adictives et régulières ?
Dépossédés de leurs identités – pour d'évidentes raisons de sécurité, ils se sont attribué des pseudos -, rattrapés par la possibilité de se venger et de venger leurs amis tombés au combat, Keats et Plath parviennent de moins en moins à garder en tête les limites entre le Bien et le Mal. La folie touche les membres de leurs équipes, certains meurent des conséquences de cette guerre dans les organismes. Le jeu et la prouesse technologiques s'effacent pour laisser place à cette nanotechnologie comme arme ultime, discrète, secrète, redoutablement efficace. Mais derrière les pseudos qu'ils se sont également donnés et les biobits marqués à leurs symboles, leurs adversaires sont aussi des jeunes gens recrutés sans vraiment savoir dans quoi ils s'embarquaient, qui assistent avec horreur aux effets dans le réel de leurs incursions dans "la viande". Plus que jamais, Sadie et Noah vont devoir faire la part des choses, s'imposer constamment remises en questions et réflexions pour ne pas se résoudre à agir contre leurs valeurs.
Dans quelle mesure leurs sentiments et décisions sont-ils de leur fait ? Qu'en est-il de leur libre arbitre ? Jusqu'où les membres de leur propre camp iront-ils pour s'attacher leurs services ? Les deux jeunes gens, intimement liés maintenant, découvrent les manœuvres contestables qui de tout temps ont justifié les guerres, les trahisons et mensonges de ses propres alliés pour entretenir loyauté et efficacité. Dépités, il leur faudra là encore se poser les bonnes questions pour ne pas sombrer dans l'automatisme irraisonné, dans la vengeance cruelle et irréfléchie, dans le fanatisme.
Michael Grant offre à sa série un deuxième volet qui tend à être encore meilleur que le premier car plus rythmé, plus riche. La gravité de l'engagement de Sadie et de Noah se reflète dans le choix des mots, dans l'enchainement rapide des actions. Entre suspense et phases de réflexions, le lecteur est constamment tenu en haleine, sollicité. À nouveau, la notion de responsabilité est omniprésente : chaque agent doit mesurer les conséquences de ses actions dans le monde nano, dans le monde réel, et les accepter – la plongée dans la vie de l'un des adversaires de Plath et Keats, qui a oublié la réalité de ces conséquences dans le monde réel, est absolument passionnante.
BZRK Révolution est une vraie réussite, qui allie réflexion et action, sentiments et stratégies. Une lecture passionnante, haletante, qui ne donne qu'une envie : découvrir la suite des aventures de ces agents très spéciaux.

Citation

Il ne veut pas que Lear s'en aille. Il en a pleinement conscience. Il veut ça. Vincent veut ce... cette raison d'être.
- Êtes-vous du côté du bien ou du côté du mal ?
- Nous, corrige Lear. Nous, autant que nous sommes, sommes à la fois bons et mauvais. Mais moins mauvais qu'eux.

Rédacteur: Catherine Thiéry lundi 25 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page