Une vérité si délicate

Il y a un âge où on se sent immortel. Parfois ce sentiment s'éteint brusquement. Il suffit d'un regard, d'une voix et de quelques morts.
Yal Ayerdhal - Bastards
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Livre sonore - Espionnage

Une vérité si délicate

Géopolitique - Corruption - Complot MAJ mercredi 11 décembre 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 23,9 €

John Le Carré
A Delicate Truth - 2013
Philippe Allard (lecteur)
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Isabelle Perrin
Paris : Audiolib, décembre 2013
2 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-638-4
Extrait audio :


La vérité si je mens...

Masques et faux-semblants : le théâtre du Pouvoir en somme, où désormais les affaires privées l'emportent sur le service de l'État. Mercenaires américains aux commandes, chiens de guerre habitués aux terres africaines, des employés modèles de ces démocraties qui n'en finissent pas de nous remplir de honte et de colère. John Le Carré nous conduit à Gibraltar pour une affaire très spéciale au nom de code bien senti : Wildlife... La vie qu'ils nous ont faite. La cible ? Un membre d'Al-Qaida of course, impliqué dans un trafic d'armes. L'objectif ? Faire du fric et booster les carrières de politiciens plus vrais que nature. Le tout assaisonné d'un diplomate poussif manipulé par un secrétaire d'État s'apprêtant à quitter les Affaires sans gloire. Du Grand-Guignol donc, celui du monde contemporain, le nôtre, abject, veule, stipendié, traître à tous les idéaux qui l'ont fondé. John Le Carré n'y va pas par quatre chemins dans son dernier opus, qui s'exaspère magistralement en campant des personnages à la mesure du monde sinistre qu'il dévoile, avec ses espions minables désormais et son personnel politique à jeter aux ordures de l'Histoire. Un monde vulgaire, grossier, dont Philippe Allard dans son interprétation déliée rend parfaitement compte. La vulgarité du ton en prime quand s'exprime un homme soit disant d'État. Cette grossièreté des hommes du Pouvoir politique d'aujourd'hui, décomplexés comme on dit, assumant leur morgue jusqu'à plus soif. Une lecture vive pour des dialogues somptueux, maniant l'ironie d'un timbre qui ne cesse de faire écho à ce qu'il y a de glaçant dans l'époque.

NdR - 2 CD MP3, 11 h 23 d'écoute.

Citation

- Qu'entendez-vous par direct, monsieur le secrétaire d'État ?
- Des trucs de barbouzes, quoi...

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 10 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page