Dernier meurtre avant la fin du monde

Tu savais que plus la masse corporelle est faible, plus le chlorure contenu dans mon mélange agit efficacement ?
Michael Katz Krefeld - La Peau des anges
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 22 mars

Contenu

Roman - Noir

Dernier meurtre avant la fin du monde

Hard boiled - Procédure - Apocalyptique MAJ vendredi 17 avril 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Ben H. Winters
The Last Policeman - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Le Plouhinec
Paris : Super 8, février 2015
344 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37056-016-2

Ce sera une très belle apocalypse

Lorsque le cadavre d'un agent d'assurance est découvert pendu dans les toilettes d'un McDo de la ville de Concord dans l'État du New Hampshire, pour tout le mond, il s'agit d'un suicide de plus. Mais le policier Hank Palace a des doutes car la ceinture servant de nœud coulant était de luxe et neuve. Pourquoi acheter une ceinture coûteuse pour se pendre ? Seul contre tous, Palace finit par trouver des zones d'ombre dans la vie de l'agent. Mais pourquoi s'acharner sur une enquête alors qu'on le sait, dans six mois, un astéroïde de type "tueur global" - qui répond au nom terrible de 2011GV1 -, détruira toute vie sur Terre ? Et quel mobile peut-on avoir pour tuer son prochain dans de telles conditions ?
Décidément, la maison d'édition Super 8 souffle le chaud et le froid. Après le magnifique L'Obsession suivi de titres moins engageants, voilà un premier roman totalement abouti. La notion du flic de base s'acharnant contre tous pour découvrir la vérité est certes un classique du genre, mais l'épée de Damoclès de l'apocalypse prochaine donne un côté poignant à ce récit en forme d'enquête classique, mais mené par un narrateur extrêmement attirant. La menace est réellement palpable, posant bien sûr au lecteur la question de savoir ce que nous ferions si la fin du monde était programmée. La conclusion, certes un rien emberlificotée comme dans tout roman noir qui se respecte, est d'une logique glaçante et parfaitement logique, surtout que l'auteur résiste à la tentation du happy end - et ce même si deux suites ont été publiées. On comprend que ce roman ait remporté le prestigieux prix Edgar dans la catégorie "Meilleur livre de poche original". On n'en attendait pas autant d'un auteur qui a donné dans cette arnaque consistant à prendre des classiques de la littérature libres de droits pour les caviarder n'importe comment de scènes additionnelles exploitant les monstres à la mode (Anna Karénine devenue "Androide Karénine", ha ha, qu'est-ce qu'on rigole...), comme on truffait jadis les films de série B. de scènes porno en espérant attirer le cochon de payant... On espère donc pouvoir bientôt lire la suite de la trilogie !

Citation

C'est ainsi que ça marche : quelle que soit la probabilité pour qu'un événement donné survienne, cette chance unique sur allez-savoir-combien doit arriver à un moment ou à un autre, faute de quoi ce ne serait pas une chance sur allez-savoir-combien. Ce serait zéro chance.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page