Sortie noire

Si les Irlandais ont le cœur orienté vers quelque chose, c'est vers la mort. Vu que leur fonds de commerce, c'est le chagrin, le décès d'une mère c'est un peu comme un putain de grand chelem réussi dans les dernières secondes de l'ultime rotation au base-ball.
Reed Farrel Coleman & Ken Bruen - Tower
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Thriller

Sortie noire

Psychologique - Énigme - Prison MAJ lundi 13 juillet 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,99 €

Christian Laurella
Nice : Taurnada, octobre 2014
272 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-37258-003-8
Coll. "Le Tourbillon des mots"

Au théâtre ce soir

Quel plaisir que de découvrir un petit roman aussi bien troussé, et surtout chez un petit éditeur (vous savez, ceux qu'on trouve au fond, à droite, derrière les têtes de gondole...). Bien sûr, il n'y a rien de révolutionnaire dans ce suspense feutré de Christian Laurella au goût légèrement rétro qui évoquerait plutôt un "Spécial-Police" de la grande époque - signé Brice Pelman ou Georges-Jean Arnaud -, avec un rien de Hervé Mestron, le romancier du Clebs, dans son relatif minimalisme. Mais quand même !
Alors l'intrigue ? Eh bien, Daniel purge une peine de vingt ans de prison pour... pour quoi ? Il l'ignore. Son amnésie ne s'arrête que le lendemain du procès, lorsqu'on l'a enfermé pour de bon. Aujourd'hui, dix-neuf ans, six mois et sept jours plus tard, il obtient un régime de semi-liberté qui lui permet d'avoir un emploi... et de découvrir la vérité sur ce crime. Mais pourquoi sa sortie tourmente-t-elle tant Elizabeth Beyrot, une paisible retraitée ? Une retraitée veillée par la fidèle Marlène, sa femme de compagnie, qui espère bien hériter de la maison. Cette Marlène qui serait même prête à tout pour cela...
Cette histoire à relativement peu de personnages pourrait virer au théâtre de boulevard avec justement ses personnages emblématiques (la bonniche, le facteur) s'il n'y avait une évidente science de la narration : les rebondissements arrivent au bon moment, fonctionnent bien jusqu'à un ultime rebond aussi logique que réjouissant, le tout avec une écriture simple et sans fioriture. Certes, comme souvent, on peut juger le statut d'amnésique un peu pratique (rançon du genre), mais le plaisir du polar, c'est parfois très basique : une bonne histoire, bien racontée. Alors puisque plaisir il y a, ne boudez pas celui-là...

Citation

Depuis le début de son incarcération, Daniel s'était construit un autre ailleurs, une existence exemplaire et parfaitement organisée en compagnie de Christine, une femme adorable et jolie, de deux enfants, Julie et Paul, et même d'un chien particulièrement joueur répondant au nom de Lacy. Une vie en parallèle pour fuir l'enfermement, pour ne pas tourner fou.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page