Tant de chiens

Un crime était plus naturel que la manière qu'on avait d'enterrer les morts, il était bien plus inhumain de faire disparaitre un cadavre que de mettre fin à une vie.
Andrés Trapiello - Les Amis du crime parfait
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Roman - Noir

Tant de chiens

Social - Corruption - Urbain - Trafic MAJ lundi 09 novembre 2015

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Boris Quercia
Perro muerto - 2015
Traduit de l'espagnol (Chili) par Isabel Siklodi
Paris : Asphalte, novembre 2015
200 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-918767-55-8
Coll. "Fictions"

Actualités

  • 22/03 Prix littéraire: Prix 2015 du 8e Festival International du Film policier de Beaune
    La huitième édition du Festival International du Film Policier de Beaune se déroulera du 30 mars au 3 avril 2016. Mais les différents prix qui seront décernés ont déjà trouvé leurs lauréats qui ont pour nom Raphaël Jacoulot, Dominique Manotti, Boris Quercia et François-Henri Soulié. Soit un réalisateur et trois auteurs de romans policiers. Nous nous contentons dans cette dépêche de les signaler. Ils auront bientôt le droit chacun à une page prix, mais nous pouvons d'ores et déjà rappeler que le Prix Claude-Chabrol a été créé en 2011 suite à la disparition du réalisateur français qui avait été par ailleurs le premier président de ce même Festival du Film Policier. Nous pouvons également souligner que les deux Grands Prix de littérature sont soumis à la sagacité du Cercle rouge qui réunit des personnalités qui font œuvre de parrainage, et que parmi ceux-ci figurent Laurent Chalumeau et Claude Mesplède. Enfin, notons que le dernier prix littéraire qui récompense un premier roman (qui sera par la suite édité au Masque) a été décerné par un jury présidé par Jean-Christophe Grangé et que Sylvie Granotier en faisait partie. Si pour Dominique Manotti, ce prix n'est pas une première (et espérons-le surtout pas une dernière), il n'en est pas de même pour les éditions Asphale qui récoltent en France leur premier prix de littérature policière d'importance. Et ce n'est que justice, ajoute le chroniqueur totalement subjectif de cette dépêche...

    Prix Claude-Chabrol :
    - Coup de chaud, de Raphaël Jacoulot avec Jean-Pierre Darroussin, Gregory Gadebois, Karim Leklou, Carole Franck, Isabelle Sadoyan...(Diaphana).

    Grand Prix du roman noir français :
    - Or noir, de Dominique Manotti (Gallimard, "Série Noire").

    Grand Prix du roman noir étranger :
    - Tant de chiens, de Boris Quercia (Asphalte, "Fictions").

    Prix du premier roman policier :
    - Il n'y a pas de passé simple, de François-Henri Soulié (Le Masque
    Liens : Or noir |Dominique Manotti |Claude Mesplède |Sylvie Granotier |Boris Quercia |Laurent Chalumeau |Festival International du Film Policier de Beaune

  • 06/11 Édition: Parutions de la semaine - 6 novembre

Les chiens sont lâchés

Boris Quercia est un auteur qui a du chien, et un talent indéniable pour le mettre au service de son imagination fertile qui, à n'en pas douter, est aussi alimentée par la ville elle-même de Santiago du Chili avec tout ce qu'elle détient de sordide, mais également de beau. Il est étonnant de se confronter à un tel roman : il est d'une noirceur crasse et pourtant se conclue de manière étrangement positive, voire bienveillante pour son personnage principal que l'auteur a durement et salement malmené durant deux cents pages flamboyantes.
Santiago Quiñones, le flic de Boris Quercia est un héros que l'on apprend à aimer même si ses manières ne sont pas des plus courtoises, ni des plus tendres. Et ce aussi bien dans sa vie professionnelle que dans sa vie de couple. Dès le début de Tant de chiens, il va avoir à faire à une horde en tous genres de canidés revêches. Tout d'abord, c'est lors d'une perquisition dans une maison tenue par des narcotrafiquants. Son partenaire, Jiménez, y laisse cruellement sa peau, truffé de balles et égorgé par un rottweiler. Lui s'en sort physiquement indemne et moralement touché. C'est le moment choisi par deux ripoux des affaires internes (qu'aucun flic de fiction digne de ce nom n'apprécie) pour faire leur apparition. Eux sont lâchés à ses basques telle une meute de chiens enragés assoiffés de sang. Santiago Quiñones ne le sait pas encore, mais ces deux-là vont comploter pour le faire plonger sur fond de recel de drogues. Cela dit, ces deux ripoux tiennent plus de la sangsue que du chien. Ils s'agrippent néanmoins pareillement à leur proie. Il ne restera qu'à en trouver la raison. Et la raison se trouvera du côté d'un réseau d'enlèvements et de prostitution forcée de jeunes mineures dans lequel sont impliqués des commissaires, des hommes politiques, des juges : bref tout le gratin phallocrate chilien. Mais que vient faire la mort de Jiménez dans cette histoire ? C'est toute la question... Pour son enquête qui le trimballera directement d'une église à l'antre d'une secte, Santiago Quiñones va pouvoir compter sur des alliés de circonstance au sein-même du commissariat dans lequel il est devenu persona non grata - son collègue Marcelo et Angelica du service des archives.
Comme souvent, dans la littérature et plus particulièrement la littérature hispano-américaine, les personnages sont mus par leurs sentiments. Santiago Quiñones en a pour Marina (Marina, Marina...), son amoureuse d'infirmière, et pourtant il passe ses journées à la tromper. Il baise à droite et à gauche, il se fait tailler des pipes de haut en bas en sniffant de la coke, il croise des souvenirs qu'il extirpe du passé à la force de son sexe en érection. La rupture consommée, loin de s'apitoyer sur son sort, il entame une reconquête de haute lutte. Faut dire que son métier d'enquêteur le met à dure épreuve. Dans Tant de chiens, il en voit des vertes et des pas mures. Il se fait seriner par le beau-père d'une voisine d'enfance. Il en perd quelques centimètres d'intestins et en gagne des anti-inflammatoires qu'il fait passer avec de l'alcool et de la drogue. Il croise des personnages bons, d'autres particulièrement méchants. Il croise aussi et surtout des victimes en puissance. Quelque fois un chien dont il ne sait que faire. S'il aime baiser, il n'aime pas se faire baiser.
Au fil des pages, à mesure que l'étau autour de lui se resserre, la tension s'accentue et l'on se prend d'affection pour cet homme qui s'érige en justicier uniquement parce que certains ne le laissent pas en paix. Et puis dans un final magistral sur fond de revanche, Santiago Quiñones se résout à une justice faite de compromissions. Bien sûr, l'écriture est au diapason de cette absence de foi en la justice. Poétique et noire. Boris Quercia est le digne héritier de Luis Sepùlveda. S'il faut chercher une filiation à son héros, alors il vaut mieux aller voir du côté de Mario Condé, le flic désabusé du Cubain Leonardo Padura.
À Santiago du Chili, Santiago Quiñones a survécu mille déboires sous un véritable temps de chiens. C'est peut-être pour ça qu'on l'aime ce héros romantique des temps modernes !

Citation

De temps en temps, je me dis que les seuls qui survivent dans cette ville sont les fumeurs, la fumée qu'on aspire doit nous immuniser contre la pollution.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 09 novembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page