Vendetta

Ce type est un termite qui bouffe nos fondations. Sa voracité finira par détruire l'édifice. Je me demande si ce malade s'en rend compte.
Philippe Bouin - Va, brûle et me venge !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 31 mai

Contenu

Roman - Thriller

Vendetta

Tueur à gages - Vengeance MAJ lundi 21 septembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Roger Jon Ellory
A quiet Vendetta - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau
Paris : Sonatine, juin 2009
658 p. ; 22 x 140 cm
ISBN 978-2-35584-016-6

Actualités

Biographie d'un tueur à gages américano-cubain

Catherine, la fille du gouverneur de Louisiane Charles Ducane, a été enlevée. Le ravisseur ne tarde pas à contacter le FBI, chargé de l'affaire, pour réclamer la présence d'un certain Ray Hartmann, de la brigade de lutte new-yorkaise contre le crime organisé, avec lequel il souhaite s'entretenir. Sans comprendre, Hartmann est emmené à la Nouvelle-Orléans par le FBI et, contre toute attente, le ravisseur, Ernesto Perez, se livre alors aux fédéraux. Il promet que Catherine sera retrouvée saine et sauve si on le laisse raconter son histoire à Hartmann. Commence ainsi l'étonnante biographie d'un tueur à gages américano-cubain de la mafia italienne...
L'un des points forts de Vendetta est la belle vision qu'il offre de la Nouvelle-Orléans, loin des clichés touristiques, insistant sur le côté sombre, marécageux de la ville, ainsi que sur les jeux de pouvoir entre les politiques et les parrains locaux.
Mais le plus impressionnant reste la confession d'Ernesto Perez : un demi-siècle d'histoire de la mafia, italienne et autres, entre New York, Cuba, Los Angeles, Chicago et bien entendu la Nouvelle-Orléans, un concentré d'histoire secrète des États-Unis. Tout y passe : l'assassinat de JFK, celui présumé de Marylin Monroe, le Watergate, la disparition mystérieuse du syndicaliste Jimmy Hoffa...
La taille de ce roman peut effrayer, d'autant plus que certains passages sont aussi bavards qu'Ernesto Perez lui-même, mais le suspense est suffisamment bien entretenu pour que le livre se lise tout seul. Bien vue, la structure en alternance permet, d'un chapitre à l'autre, de passer du récit d'Ernesto Perez, bien décidé à vider son sac pour une raison qui échappe aux fédéraux, à celui de Hartmann, embarqué dans une histoire qui le dépasse, et des fédéraux eux-mêmes alors que l'enquête sur la disparition de Catherine se poursuit. Les deux narrations se répondent d'allusions en allusions, jusqu'à une révélation finale qui a le génie d'être à la fois complètement logique et tout à fait surprenante.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°38 |Lire n°380 |La Tête en noir n°140 |L'Ours polar n°50 |La Vache qui lit n°132 |L'Indic n°4 |La Vache qui lit n°138

Récompenses :
Prix "Saint-Maur en poche" catégorie polar 2011

Nominations :
Prix des Limbes pourpres 2009
Prix du polar européen du Point 2010
Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2010
Prix des lecteurs de Villeneuve lez Avignon 2010

Citation

C'était la ville facile, la briseuse de cœurs. La Nouvelle-Orléans, où ils enterraient les morts au-dessus du sol, où les guides touristiques recommandaient de marcher en groupe, où tout coulait en douceur, comme dans du beurre, où quand vous jouiez à pile ou face, la pièce retombait neuf fois sur dix du bon côté.

Rédacteur: Claire Duvivier lundi 30 août 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page