La Boussole d'Einstein

Ayant eu cinq chevaux tués sous lui, sa cavalerie anéantie, ses vêtements criblés par la mitraille, tête nue, le visage noirci par la poudre, seul debout parmi les mourants et les morts, dans la lueur tragique du feu incessant des canons ennemis, il avait empoigné le fusil d'un grenadier tombé à ses côtés et voulait lutter encore, lutter farouchement contre toute espérance sur l'immense champ de bataille envahi par la nuit où s'élevait de toutes parts la plainte déchirante des agonisants...
Henri-Robert - Les Grands procès de l'histoire - volume 4
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 08 décembre

Contenu

Roman - Noir

La Boussole d'Einstein

Énigme - Vengeance - Assassinat MAJ lundi 05 août 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Gilles Vidal
Montigny-le-Bretonneux : Zinédi, juillet 2019
224 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-84859-191-9

Nostalgie assassine

À un moment donné, certains auteurs des éditions de Minuit (dont Jean Echenoz ou Yves Ravey) ont décidé de s'inspirer du roman policier ou d'espionnage pour étayer le fond de leur intrigue. Avec leurs styles propres, ils ont joué sur les stéréotypes et sur les horizons d'attente du genre pour composer des œuvres intéressantes. Il y a un peu dans ce nouveau roman de Gilles Vidal un côté éditions de Minuit dans les éléments qui en façonnent la trame : un homme revient pour enquêter sur la mort de sa sœur. Officiellement cela ressemble à un accident de voiture, mais le véhicule suspect s'est enfui après plusieurs allers-retours sur le corps ce qui laisse hautement perplexe. L'homme doit accepter la policière chargée de l'enquête, mais visiblement, il est épaulé par une organisation qui a régulièrement accès à des informations extérieures et qui est prête à le soutenir en cas de vengeance. Cette partie est présentée presque de manière irréelle, comme des échos. Mais il serait vain de réduire le court roman de Gilles Vidal à cet aspect, car l'auteur est aussi un écrivain impliqué dans la vie de ses personnages, dans ces petits riens qui font qu'il faut se battre, persévérer dans son être, se coltiner avec le monde. L'œil éloigné des éditions de Minuit peut être un bon filtre, mais il ne saurait être unique regard. Par delà l'intrigue, Gilles Vidal dépeint avec soin ses deux personnages centraux, à travers une histoire classique, mais efficace. D'un côté, Félix Meyer, le frère qui revient dans la ville de son enfance à la recherche des traces de son passé, symbolisé par cette sœur écrasée et, de l'autre côté, Aurélie Costa, une policière un peu paumée, qui se cherche autant qu'elle cherche des preuves et des indices. L'intrigue est classique et épurée, mais ce sont bien les sentiments, les doutes, bref l'humanité des personnages, qui éclate, par contraste, pour asseoir un fait évident : Gilles Vidal est un auteur qui se comporte comme certains vins : il se bonifie à chaque espace temporel qui passe.

Citation

Meyer tressaillit, pensant à toutes ces tensions soudaines qui s'emparaient de lui à n'importe quel moment, des crispations venues de loin, comme des nuages chargés de malheur au-dessus d'une mare à la surface immobile.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 05 août 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page