Le Bûcher de la salamandre

Les brigades cyclistes commencent à sillonner Paris à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900. Leur vélo noir caractéristique est de marque Hirondelle, mais le mot, par métonymie, désigne bientôt les agents eux-mêmes, qui semblent voler à tire-d'aile, leur sombre pèlerine au vent, quand ils pédalent sus aux rôdeurs et aux fuyards...
Bruno Fuligni & Ghislain de Haut de Sigy - Le Musée secret de la police
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Policier

Le Bûcher de la salamandre

Énigme - Enlèvement - Arnaque MAJ vendredi 26 février 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Jean-Christophe Gérard
Villeneuve-d'Ascq : Ravet-Anceau, janvier 2009
254 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-914657-72-3
Coll. "Polars en Nord", 38

À cinglé, cinglé et demi...

Fabien Gabryel est un type invivable. Écrivain moins raté que susceptible, arc-bouté sur l'œuvre en devenir, l'œuvre d'une vie, de SA vie. Invivable, mais il rencontre pire : la mère de son pote Benjamin, qui vient d'attaquer au milieu de la nuit la porte de la chambre dans laquelle son fils s'est réfugié, à coup de fourchette. Suzanne est cinglée. Elle court nue, droit dans la nuit. Et disparaît. Une emmerdeuse, confie son ex-mari, qui chaque année, à Noël, pète sévèrement les plombs. Là, c'est le bouquet final. Sauf qu'elle a carrément disparu. Pour de bon cette fois.

Fabien se lance à sa poursuite. Pas facile : Suzanne maîtrise comme personne l'art de la dissimulation. Vraie ou fausse disparition, bientôt, Fabien est sur la piste d'un très mauvais garçon, responsable de l'enlèvement. Et finit par délivrer Suzanne, droguée, attachée, livrée à la sauvagerie d'un abruti.

Dans une large mesure, la recherche de Suzanne importe peu dans ce roman prolixe. C'est plutôt la quête du narrateur qui nous retient, usant du vieux schème de l'écrivain raté pour mieux nous entraîner dans ses détours - Proust avait déployé des milliers de pages sur ce prétexte. De digressions en anecdotes, discourant sur ses conquêtes, ses cours en fac, ses écrits ou le fantôme de Jacqueline qui l'a poursuivi pendant des mois, l'intention demeure plus auctoriale que romanesque à vrai dire.

Citation

Que nous laissent ceux qui vont s'en vont ?

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 15 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page