Les 2001 Nuits

Si elle avait eu une existence difficile, comme cela était probable, si elle avait connu le chagrin, ce qui était certainement le cas, elle avait traversé tout cela avec calme, détendue, presque sereine.
John Harvey - D'ombre et de lumière
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Noir

Les 2001 Nuits

Géopolitique - Terrorisme - Infiltration MAJ jeudi 13 mai 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,5 €

Rolo Díez
Las Dos mil y una noches - 2010
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Alexandra Carrasco-Rahal
Paris : Rivages, mars 2010
218 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2090-5
Coll. "Noir", 772

Le terroriste était presque parfait

Que se passe-t-il lorsqu'un Mexicain d'origine libanaise descend d'un avion en provenance de New York le 11 septembre 2001 ? Eh bien, ça n'est pas très compliqué : on en fait un coupable. Et s'il n'est pas vraiment coupable ? Oh, c'est bon, ne pinaillons pas : il est Arabe, non ? En tout cas, c'est ce que pensent les autorités mexicaines. Il faut dire que partout dans le monde, on arrête des terroristes... Et au Mexique ? Bah rien. Pas le moindre petit terroriste à se mettre sous la dent !

Le commandant Saldaña est plutôt spécialisé dans le rançonnement des petits commerçants. "Pour avoir fréquenté le quartier de Tepito par le passé, Saldaña savait qu'on ne vient pas à bout de Godzilla en lui envoyant des poèmes. On le prend par les burnes, on lui fait casquer le double pour son mauvais comportement, et Godzilla se rappelle alors qui commande." Mais, à son grand désespoir, cela n'impressionne pas la secrétaire dont la volumineuse poitrine lui évoque les rêves les plus audacieux. Alors traquer un terroriste international est, pour lui, une chance qu'il n'a pas envie de laisser passer. De son côté, Kaluf, l'Arabe Mexicain en question et boulanger de profession, brigue la présidence d'une association libano-mexicaine. Il était prêt à tout pour y arriver, prêt à calomnier anonymement son adversaire, prêt à coucher avec la femme de celui-ci. Prêt à tout, mais pas à jouer avec son intégrité physique, si bien que lorsqu'il sent que quelque chose se trame, que sa ligne téléphonique est sur écoute et que de mystérieuses voitures noires le suivent partout, il préfère prévenir la police et prendre la fuite. Mais il est trop tard et l'étau se referme irrémédiablement sur lui.

Rolo Díez nous régale avec une histoire folle où les personnages se démènent entre préjugés racistes, tracas quotidiens et considérations internationales. Ses personnages sont couards, nymphomanes ou mythomanes, corrompus ou narcotrafiquants et se débattent dans un système dont l'absurdité les dépasse complètement, sans les bouleverser plus que ça. Au final un roman drôle, burlesque et ironique qui n'est pas sans rappeler Un doux parfum de mort de Guillermo Arriaga ; comme quoi, quand on veut vraiment un coupable, ça n'est pas bien compliqué d'en fabriquer un... Certains semblent même prédisposés.

Citation

Un des policiers pensa que la veuve jouait bien la comédie, mais considérant le brio avec lequel montaient et descendaient ses seins émus, celui qui commandait se montra compréhensif devant sa douleur.

Rédacteur: Gilles Marchand jeudi 22 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page