Daemon

Sara parcourt du bout de son doigt l'ombre inégale où le cartilage avait auparavant retenu l'os. 'Ce n'est pas une malformation, dit-elle. On la lui a arrachée.'
Karin Slaughter - Génésis
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 27 mars

Contenu

Roman - Thriller

Daemon

Fantastique - Énigme - Terrorisme MAJ lundi 12 juillet 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 20,9 €

Daniel Suarez
Daemon - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Leslie Boitelle
Paris : Fleuve noir, avril 2010
580 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-265-08849-8
Coll. "Thriller"

Humain, post-humain...

DAEMON... Un acronyme en fait, pour : "Disk And Execution Monitor"... Un programme informatique créé pour être permanent et exécuter des opérations spécifiques à des dates déterminées, ou en réponse à des réactions informatiques caractérisées. Et le démon, ici, c'est Matthiew Sobol, le créateur de ce programme apocalyptique, génial développeur de jeux vidéo, décédé au moment où l'action commence. Avant de mourir, il a lancé son programme qui infiltre à présent tous les réseaux de la planète, tous les systèmes, réalisant des transferts bancaires et ordonnant des exécutions... Cela commence par le meurtre de deux informaticiens de la société CyberStorm, dont il était le directeur technique, et se poursuit par une ahurissante escalade affectant autant l'armée que la CIA ou le FBI, et demain la terre entière. Nul n'est à l'abri. Moins encore l'inspecteur Sebeck, obscur flic de comté, convoqué sur les premières scènes de crime et à qui Sobol va confier ses aveux cybernétiques. Pourquoi lui ? Pourquoi un flic sans grand éclat, quand Sobol aurait pu faire du Président lui-même son interlocuteur post mortem ? Et puis que cherche-t-il ? Dans la folie qui l'envahit, on sent poindre une critique de la culture américaine, tout un questionnement intelligent sur les rapports entre la démocratie et les technologies de rupture. Le thriller s'inscrit pourtant fortement dans un romanesque à l'usage des gamers, avec son jargon informatique trépignant de MMOG et scripts obscurs. Un roman pour gamers enlevé, convulsif et sensiblement éloigné tout de même de la mièvrerie des délires à la Rambo cinétique, nourrissant derrière sa très forte fascination pour la planification qu'autorise l'univers informatique, un horizon proprement chamanique, grand must du romanesque contemporain, scrutant une possible post-humanité à laquelle le monde cybernétique n'en finit pas d'appeler.

Citation

Tous les spammeurs doivent mourir.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 14 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page