L'Ennemi public

Ils nous ont fait savoir par voie diplomatique que, à moins que nous trouvions le coupable, ils ne fermeraient plus les yeux sur notre dette. S'ils nous réclament d'un coup le remboursement de quelques centaines de milliards, les États-Unis vont souffrir.
Glenn Cooper - Le Livre des prophéties
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 mai

Contenu

Film - Noir

L'Ennemi public

Arnaque - Corruption - Gang MAJ lundi 16 septembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5


Inédit

Tout public

Prix: 0 €

William A. Wellman
The Public Ennemy - 1931
Paris : Warner Bros., avril 1931
noir & blanc ;

Actualités

  • 01/04 Cinéma: Polars en 35 mm
  • 04/02 Cinéma: Bo Widerberg et les réalisateurs méconnus
  • 31/07 Cinéma: Film noir, Gene Wider & Jerry Lewis
  • 11/09 Cinéma: Film noir et Ernst Lubitsch
  • 27/03 Cinéma: Le retour des "Bad Guys"
    Les principales thématiques de L'Action Christine* restent inchangées. Aussi bien pour le film noir présenté en exclusivité que pour ces "bad guys" qui, eux, pullulent toute la semaine. L'occasion de (re)voir Les Carrefours de la ville, de Rouben Mamoulian, avec l'immense Dashiell Hammett pour son unique scénario à Hollywood. Et puis, que dire du fantastique Key Largo, de John Huston avec Humphrey Bogart ? Le reste est à consommer sans aucune modération dans ces petites salles obscures mais non occultes...

    Exclusivité : Les Amants traqués (Kiss the Blood Off My Hands), de Norman Foster
    Mercredi 28 mars : 14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30.
    Jeudi 29 mars : 14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30.
    Vendredi 30 mars : 14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30.
    Samedi 31 mars : 16 heures, 17 h 30, 19 heures, 20 h 30 & 22 heures.
    Dimanche 1sup>er avril : 16 heures, 17 h 30, 19 heures, 20 h 30 & 22 heures..
    Lundi 2 avril : 14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30.
    Mardi 3 avril : 14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30.

    Festival : le polar - les mauvais garçons
    Mercredi 28 mars :
    Ultime razzia (The Killing), de Stanley Kubrick (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Jeudi 29 mars :
    Menace sur la ville (Racket Busters), de LloydBacon (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Vendredi 30 mars :
    Guerre au crime (Bullets or Ballots), de William Keighley (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Samedi 31 mars :
    L'Ennemi public (The Public Enemy), de William A. Wellman (16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 1er avril :
    Les Carrefours de la ville (City Streets), de Rouben Mamoulian (16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Lundi 2 avril :
    Key Largo (Key Largo), de John Huston (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Mardi 3 avril :
    Bloody Mama (Bloody Mama, de Roger Corman (14 heures, 16 heures & 18 heures).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Dashiell Hammett |William A. Wellman |Roger Corman

  • 19/03 Cinéma: Les mauvais garçons

Montée de James Cagney

L'Ennemi public, c'est avant tout l'itinéraire de deux gamins d'origine irlandaise qui, de méfaits en méfaits, vont grandir et gravir les échelons de la pègre dans le Chicago des années 1920 et palper l'argent facile des bootleggers, puis prendre part à la guerre des gangs inhérente à la Prohibition avant de se faire abattre.
Tom Powers et Matt Doyle, amis inséparables, petits branleurs, têtes brûlées, accumulent les mauvais coups et finissent par attirer l'attention de Paddy Ryan et Nails Nathan. Les deux gangsters dirigent un commerce d'alcool frelaté qui approvisionne les speakeasies de la ville de Chicago. Il n'en faut pas plus pour les convaincre de participer à cette nouvelle vague criminelle que l'Amérique des années 1920 n'attendait pas. Après la Première Guerre mondiale, et le retour de soldats qui découvrent les prémisses de la crise économique, l'heure est aux années folles. Et pourtant, les lobbies contre l'alcool réussissent à en interdire la vente autrement que pour des raisons pharmaceutiques. C'est dans ce climat de liberté et d'interdiction, que les gangs s'organisent, pullulent, s'arment de pistolets et des premières mitraillettes, jouent les durs le jour et dansent le charleston le soir dans des clubs selects en smoking avec leurs filles.
Tom Powers n'est pas à proprement parler l'ennemi public numéro un. C'est une petite frappe teigneuse prompte à lever le poing, parfaitement interprétée par un James Cagney, star montante et bientôt habituelle d'un rôle de gangster dur à cuire aux réflexes brutaux qui lui sera à de nombreuses reprises dévolu. Il n'est pas franchement méchant, mais il se laisse griser par l'appât facile du gain, les beaux costumes et les filles tout autant faciles. C'est un épidermique troublé par les non rapports qu'il a avec son frère, et qui tient l'amitié en haute estime. Le film de William A. Wellman décline une intrigue où l'ascension de Tom Powers et de Matt Doyle est aussi fulgurante que leur mort annoncée. Car, il n'y a aucune sortie par le haut à côtoyer la pègre de Chicago. Dans ce film, si la police est particulièrement inefficace - après tout, elle sera impuissante à empêcher l'enlèvement de Powers dans un hôpital -, la rivalité entre gangs lui mâche le travail. "Laissons les loups s'entretuer" semble sous-entendre le scénario. La mise en scène du réalisateur, elle, est brillante et met au jour une violence inconnue du grand public. Une violence dénoncée tout du long par le frère de Tom, Mike, le seul de la fratrie à être allé à l'école, à avoir combattu sur le front, et à survivre désemparé à ce massacre urbain. Et dans le même temps, le brillant usage du noir et blanc donne toute leur profondeur aux yeux d'un James Cagney très convaincant qui tient le film à bout de bras. La bête est lâchée, et n'abandonnera pas ces rôles qui lui collent à la peau.

L'Ennemi public (96 min.) : réalisé par William A. Wellman sur un scénario de Harvey Thew, d'après l'histoire de Kubec Glasmon et John Bright. Avec : James Cagney, Jean Harlow, Edward Woods, Joan Blondell, Donald Cook, Leslie Fenton, Beryl Mercer, Robert O'Connor...

Illustration intérieure


Citation

Le meilleur n'est pas assez bon ce soir. C'est une célébration de mariage. Matt a décidé de prendre quelque chose de légale : une femme.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 15 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page