Diplomatie en kimono

Comment puis-je savoir que vous n'êtes pas un homme de main ?
Charles Burmeister - Columbus Day
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 13 juillet

Contenu

Roman - Policier

Diplomatie en kimono

Historique MAJ dimanche 20 décembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Frédéric Lenormand
Paris : Fayard, septembre 2009
252 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-213-65144-6
Les Nouvelles enquêtes du juge Ti, 14

Actualités

  • 01/02 Édition: Le retour du Juge Ti
  • 18/09 Édition: Parutions de la semaine - 18 septembre
    Parmi les nouveautés de la semaine, que l'on divise en trois catégories (grand format, poche et gros caractères), il y a évidemment Les Brumes du passé, de Leonardo Padura au format poche. Retour de Mario Conde, le détective cubain. k-libre s'arrêtera très prochainement sur L'Affaire de Road Hill House, qui nous emmène sur un fait divers relaté, le meurtre d'un enfant de trois ans, qui en fait peut-être le premier écrit policier (loin d'être sûr). Le reste est à découvrir !

    Grand format :
    Fenêt sur cour, de Gino Blandin (Cheminements)
    Canicule, Collectif (L. Wilquin)
    La Stratégie du père, de Geoffroy de Clavières (Slatkine)
    Souffrez les enfants : jusqu'où irez-vous pour protéger ceux que vous aimez ?, d'Adam Creed (Ixelles)
    Tempête polaire, de Clive Cussler & Paul Kemprecos (Grasset)
    Presque mort, d'Åke Edwardson (Lattès)
    L'Affaire Crownbill, de Georges Evens & Corinne Evens (Flammarion)
    Hivernage, de Laurence Gavron (Le Masque)
    Pour la cause, de David Hosp (First)
    Diplomatie en kimono, de Frédéric Lenormand (Fayard)
    Monsieur X met les doigts dans une prise de conscience, d'Alice de Moras (Zythum)
    Mortels péchers, Collectif présenté par Elizabeth George (Presses de la Cité)
    Le Crime était déjà écrit, de Jean-Max Tixier (Presses de la Cité)

    Poche :
    Métal brûlant, de Sandra Brown (J'ai lu)
    L'Hiver continue au fond du magasin, de Françoise Laurent (Krakoen)
    Le Gardien du testament, d'Eric van Lustbader (LGF)
    Mortelle Écosse, de Stuart MacBride (J'ai lu)
    L'Âme détournée, de R. N. Morris (10-18)
    Les Brumes du passé, de Leonardo Padura Fuentès (Métailié)
    Cellules blanches, de Pierre Rehov (J'ai lu)
    Scandale du crime, de Nora Roberts (J'ai lu)
    La Clandestine, de Michael Robotham (LGF)
    L'Affaire de Road Hill House, de Kate Summerscale (10-18)

    Gros caractères :
    Un été ardent, d'Andrea Camilleri (Feryane Livres gros caractères)
    Morts sur la lande, d'Ann Cleeves (Feryane Livres en gros caractères)
    Sans un mot, d'Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères)
    Les Mystères de Venise - 1. Leonora agent du doge, de Loredan (Feryane Livres en gros caractères)
    La Nuit de Geronimo, de Dominique Sylvain (Feryane Livres en gros caractères)

    Liens : Fenêt sur cour |Presque mort |Hivernage |Les Brumes du passé |L'Affaire de Road Hill House |La Nuit de Geronimo |Elizabeth George |Frédéric Lenormand |Gino Blandin |Clive Cussler |Åke Edwardson |Laurence Gavron |Françoise Laurent |R. N. Morris |Leonardo Padura |Kate Summerscale |Ann Cleeves |Harlan Coben |Dominique Sylvain |Stuart MacBride

Ce qu'il faut savoir sur la série

Le juge Ti est un personnage atypique de la dynastie chinoise des T'ang. Il a vécu dans la seconde moitié du VIIe siècle et s'est fait remarquer par sa sagacité et ses aptitudes à résoudre des enquêtes où il a dû également faire preuve de diplomatie pour ne pas froisser les grands de son monde.
Créé par Robert H. Van Gulik, le juge Ti est ici repris par Frédéric Lenormand.

L'espionnage industriel au VIIe siècle, en Chine  !

Le juge Ti Jen-tsie est, depuis l'an dernier, revenu à Chang-an, la capitale des Tang pour diriger la police civile métropolitaine avec le grade de mandarin de troisième rang. Il est un personnage considérable. Aussi s'étonne-t-il de la demande de ses trois épouses de recevoir, séance tenante, un commerçant. Celui-ci est mort de peur. Parce qu'il pensait ne pas pouvoir honorer ses commandes de tissus, qu'il n'avait pas le courage de se suicider, il a commandité un tueur pour l'exécuter. Or, sa situation s'est arrangée et il ne veut plus mourir ! Bien que très réticent, Ti promet de s'occuper de son affaire. Mais un messager lui apporte un rouleau portant le sceau ministériel. Il doit sans délai accueillir et encadrer une délégation du pays de Wo, préparer ses membres à être reçu par Sa Majesté.
Alors que l'affaire du commerçant prend une direction inattendue, la vie de Ti n'est pas de tout repos avec les membres de la délégation Wo. Cependant, sa perspicacité est de nouveau sollicitée. De l'argent est apparu dans un lieu public. Une dizaine de pièces d'or de bon poids ont été retrouvées dans des latrines près du sanctuaire de la Terre pure par les ouvriers chargés de les vider. L'affaire se complique lorsque Ti découvre qu'il s'agit d'or coréen, l'or d'une délégation qui séjourne dans la Capitale. L'avidité des Wo pour tout connaître de la vie chinoise lui cause bien des soucis et le met en danger vis-à-vis de sa hiérarchie, car ceux-ci ne sont pas du tout ce qu'ils veulent paraître.

Le juge Ti a été crée par Robert Van Gulik, en 1949. Il apparait alors dans Le Mystère du labyrinthe. Il a utilisé, pour structurer son enquêteur, une personnalité de la dynastie Tang, né en 630 de notre ère et mort en 700. Mais l'auteur n'a conservé de la réalité de celui qui l'a inspiré, que les lieux où il a été en poste, les dates de naissance et de mort. Les enquêtes qu'il relate en quatorze romans et dix récits sont inspirées, en partie, de ce que Van Gulik traduit dans d'anciens recueils d'histoires criminelles chinoises.
Frédéric Lenormand a repris ce personnage célèbre de la littérature policière de détection et en continue les aventures, respectant le cadre fixé par Van Gulik. Diplomatie en kimono est ainsi la quatorzième enquête qu'il écrit depuis 2004. Il fait montre d'une connaissance fine de cette période, de son organisation sociale et politique, ainsi que des usages qui régissent la vie quotidienne. L'auteur reprend, pour une partie de son roman, l'antagonisme, quasi millénaire, existant entre la Chine et le Japon, avec la Corée entre les deux. L'avance culturelle, économique et technologique de la Chine a fait rêver nombre de dirigeants d'un Japon en stagnation, isolés dans leurs îles. L'auteur explicite, avec beaucoup d'humour, les diverses coutumes sociales, la complexité de l'étiquette impériale et de l'organisation de la vie politique. D'un trait, d'une image il sait définir et faire ressentir une réalité. Ainsi, à propos des attitudes que doivent adopter tous les visiteurs reçus par l'Empereur : "la diplomatie chinoise n'était pas faite pour les genoux fragiles ni pour les dos raides". Le récit est mené avec un ton très alerte, léger et spirituel.
Diplomatie en kimono permet de renouer avec un personnage emblématique du roman policier, une époque avec plaisir.

Citation

Pourquoi ne pas leur donner aussi les clés de la Cité interdite, avec le plan d'accès aux appartements impériaux ?

Rédacteur: Serge Perraud jeudi 20 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page