La Leçon du mal

C'est pratique d'emprunter de l'argent à quelqu'un quand on sait qu'il ne vivra pas assez longtemps pour vous le réclamer.
Seamus Smyth - Trois accidents et un suicide
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Boix-aux-Renards
Le titre du nouveau roman d'Antoine Chainas désigne un lieu, un lieu étrange, un lieu de contes et de...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 31 janvier

Contenu

Roman - Thriller

La Leçon du mal

Psychologique - Huis-clos - Horreur-gore MAJ mercredi 07 décembre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

Yûsuke Kishi
Aku no kyoten - 2010
Traduit du japonais par Diane Durocher
Paris : Belfond, août 2022
534 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-9461-0

Japanese psycho

Le lycée Shinko Gakuin pourrait être un lycée comme les autres. Pourtant, il s'y passe des choses bizarres. Les élèves sont parfois farceurs, voire mauvaises têtes. Parmi les professeurs, c'est la compétition pour s'accorder les bonnes faveurs des élèves. Un professeur de sport est particulièrement violent et les frappe régulièrement (mais il rôde aussi de temps en temps pour coucher avec des élèves). Un professeur de maths cache sa misère depuis que sa femme l'a quitté (mais l'a-t-elle vraiment quitté ?) et traine depuis son spleen. Mais pourquoi le proviseur le soutient-il ? Le professeur d'art est le rejeton richissime d'une famille importante, qui vient en voiture de sport, mais surtout, qui a des relations homosexuels avec un élève. Quant à l'infirmière, elle est très chaude et s'offre à de nombreux jeunes garçons ou professeurs venus comme "malades" dans son officine. Rien de bien angoissant, sauf que vient d'arriver dans le lycée un nouvel enseignant, un certain Hasumi. Ce dernier est la coqueluche des élèves. Il manipule aussi bien ces derniers que les adultes et s'est acquis les bonnes grâces du proviseur-adjoint en utilisant des moyens parfois illégaux pour contrôler que personne ne triche aux examens. Mais, surtout, Hasumi est plus qu'un manipulateur. C'est un dangereux sociopathe qui entend tuer les gens qui s'opposent à lui, en en faisant accuser d'autres, détourne les réseaux sociaux pour faire s'entre-étriper les élèves, obtient des faveurs des collègues en soutenant leurs vices et en multipliant les preuves qui lui permettent de faire chanter tout le monde. Et il a jeté son dévolu sur une jeune fille qui est devenue sa maîtresse. Mais sa volonté de tout maîtriser éveille des soupçons et un groupe de trois élèves commence à enquêter sur le passé de ce professeur, révélant des faits étranges dans les lycées précédents où il est passé. Cependant, la réaction de Hasumi sera de plus en plus radicale.

La Leçon du mal commence de manière assez lente et il faut dépasser ces eaux qui sommeillent pour atteindre une vitesse de croisière et une montée dans l'horreur de plus en plus prégnante. Le portrait du personnage proche de celui décrit dans American Psycho, voire Moins que zéro, le premier roman de Bret Easton Ellis ( le premier est d'ailleurs cité dans le quatrième de couverture), comme sociopathe intégral, obnubilé par le contrôle et sa "possession" des autres est ici poussé à l'extrême. L'auteur, Yûsuke Kishi, s'insère dans son esprit et décrit comme si elles étaient normales. Avec une dose de sadisme (ou d'humour) tout se dérègle pour le personnage et le voilà obligé de surveiller, de tuer, de dépecer, de cacher des cadavres de plus en plus envahissants afin de conserver son atmosphère de normalité et d'empêcher les autres de voir combien il est un personnage effrayant. Les cent dernières pages sont à ce titre de plus en plus gore, pour réussir son effet. Le roman commence comme un marathon et s'achève par un sprint sanglant, entraînant le lecteur dans sa folle course. Et il est déjà paru en France en manga (Lesson of the Evil, et a été adapté au cinéma par Takasho Miike.

Citation

Agacé, il leur lança des craies qui ratèrent leurs cibles. Alors, il pointa sur eux un fusil de stand de tir à la fête foraine et fit feu. Il faucha un élève, puis un autre. Les victimes, plates comme des silhouettes en carton, s'abattirent pour sombrer dans les entrailles infernales de la terre. Le public était hilare.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 07 décembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page