k-libre - auteur - John Schlesinger

Dans la vie, il y a toujours un troisième choix possible. Même si tu te sens coincé dans un dilemme.
Marcus Sedgwick - Revolver
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Succession
Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local....
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 30 septembre

Contenu

John Schlesinger

MAJ mercredi 01 mai 2013
© D. R.

Biographie John Schlesinger


Naissance à Londres le 16 février 1926.
Mort à Palm Springs le 25 juillet 2003.
Né dans une famille juive de la classe moyenne londonienne - son père est médecin -, John Schlesinger poursuit des études à l'école d'Uppingham, puis au Balliol College de l'université d'Oxford.
Il entame alors une carrière d'acteur dans des films britanniques. Il est dirigé par le duo génial Michael Powell et Emeric Pressburger dans Oh! Rosalinda (1955). L'année suivante, il tourne dans La Bataille du Rio de la Plata, du même Michel Powell sans son alter ego de la compagnie The Archer. On le découvre dans des séries télévisées de la BBC. Alternativement dans Robin des Bois et The Vise.
Il passe derrière la caméra et, en 1959, réalise vingt-trois épisodes de la série The Four Just Men, adaptation des Quatre justiciers du prolifique Edgar Wallace. Il tourne ensuite quatre épisodes de la série d'espionnage Danger Man, sur une idée de Ralph Smart avec Patrick McGoohan, qui était déjà Tony Mason dans The Vise, qui est pour l'occasion John Drake, mais qui ne tardera pas à devenir non un numéro mais Numéro 6 dans Le Prisonnier.
Au début des années 1960, John Schlesinger a totalement abandonné sa carrière d'acteur pour privilégier celle de réalisateur. Après quelques documentaires remarqués, il obtient en 1961 un Lion d'or à Venise pour Terminus, qui se focalise sur une journée ordinaire à la gare de Waterloo. Il débute alors dans la réalisation de longs métrages de fictions et, en 1962, il obtient un Ours d'or à Berlin pour le drame Un amour pas comme les autres avec Alan Bates, qui décrit la vie de gens du nord de l'Angleterre. Un thème qui se retrouve l'année suivante au cœur de Billy le menteur.
Son troisième film, Darling, qui évoque le fameux Swinging London, obtient trois Oscars et lance sa carrière hollywoodienne. Elle atteint son apogée en 1969 avec Macadam cow boy. Le couronnement est total pour un film pornographique, qui relate les aventures d'un cow boy devenu gigolo : Oscars du Meilleur film et du Meilleur réalisateur. Il sort cependant sous la classification X avant d'être interdit aux moins de dix-sept ans. On retrouve dans Macadam cow boy le thème de l'homosexualité cher à un homme qui ne cache pas la sienne, et qui sera fidèle pendant plus de trente ans au photographe Michael Childers.
Par la suite, John Schlesinger tourne d'autres remarquables films comme Marathon man, en 1976 avec Dustin Hoffman. Il revient un temps à la télévision, fait des apparitions notables dans des films, dont une ultime dans The Celluloid Closet de Robert Epstein, aborde le théâtre lorsqu'il dirige Timon d'Athènes pour la Royal Shakespeare Company, et le spectacle musical Albert et moi au Picadilly Theatre de Londres.
En 1992, il réalise un spot politique pour John Major du Parti conservateur.
La fin de sa vie est entachée d'une longue agonie. Après un quadruple pontage en 1998, il est victime d'un accident cérébrovasculaire en 2000, et plongé dans un coma profond. Après deux ans de service, le respirateur artificiel qui le maintient en vie est débranché. Un jour plus tard, John Schlesinger est déclaré mort au Desert Regional Medical Center de Palm Springs.


Bibliographie*

Réalisateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page