Un meurtre et rien d'autre

Mais je voulais en savoir plus, je voulais en voir plus. Pour une raison que je ne m'expliquais pas, je voulais revenir dans ce lieu en plein jour, tout voir, découvrir ce qui était occulté, révéler ce qui était caché.
Susan Hill - La Main de la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 mai

Contenu

Roman - Noir

Un meurtre et rien d'autre

Arnaque - Chantage MAJ vendredi 20 décembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,65 €

Jim Thompson
Nothing More Than Murder - 1949
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johanne Le Ray
Paris : Rivages, octobre 2013
254 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2646-4
Coll. "Noir"

Cinémadrama

La société est un nid de maitres-chanteurs. Jim Thompson nous a habitué, dans certains de ses romans, à voir les plans de ses héros contrecarrés non pas par la persévérance des forces de l'ordre ou des aléas de la vie ordinaire, mais par l'irruption d'un maitre-chanteur. Dans Un meurtre et rien d'autre, Joe, qui s'occupe avec sa femme d'un cinéma dans une petite ville de province américaine, va attirer à lui non pas un mais un essaim de maitres-chanteurs. Pourquoi ? Peut-être parce qu'il a épousé des années auparavant Elizabeth, dernière d'une lignée de notables qui tentait bon gré mal gré de maintenir à flot un cinéma - Joe aimant plus la salle dudit cinéma qu'Elizabeth pour laquelle est petit à petit née une certaine affection. Mais Elizabeth a commis un impair : celui de faire venir Carol, une jeune femme ordinaire mais qui va faire tourner la tête de Joe. Le triangle amoureux n'étant pas tenable, Elizabeth concocte un plan visant à la faire croire morte dans un accident de feu qui prendra son départ dans la salle de projection, histoire de toucher la prime d'assurance. Si initialement tout se déroule comme prévu, comme toujours chez Jim Thompson, l'étau va peu à peu se refermer sur les coupables du fait même de ces maitres-chanteurs qui acculent Joe, qui finira par commettre un ultime impair. À cette intrigue, Jim Thompson ajoute l'univers du cinéma, la lutte entre les grandes chaines et les petits indépendants, et nous offre un moment de pur délice quand Joe négocie sur fond de syndicats - où comment montrer l'absurdité d'un système. Le roman est particulièrement bien ficelé, la tension née d'un acte délicteux monte progressivement, et l'on se prend de sympathie pour Joe, encerclé de toutes parts par des personnes au moins aussi malhonnêtes que lui. Jubilatoire !

Précédemment paru sous le titre : Cent mètres de silence

Citation

Il y a des trucs si moches et si mensongers qu'on voudrait qu'ils ne se prétendent pas si bien intentionnés, comme ça on pourrait pousser un hurlement sans pour autant se donner en spectacle.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 13 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page