Cemetery Road

Le chef du Rayon juif l'écoute à peine lorsqu'il lui parle. Entre-temps, la rumeur s'est répandue dans les couloirs et les bureaux que 'Sado', connu pour ses colères noires et même, d'après certains, pour avoir 'une case en moins', la terreur de ses subordonnés, haï par tout le service, est sur le point d'exploser
Romain Slocombe - La Gestapo Sadorski
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 01 août

Contenu

Roman - Noir

Cemetery Road

Social - Corruption - Rural MAJ lundi 14 juin 2021

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 25 €

Greg Iles
Cemetery Road - 2019
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Thierry Arson
Arles : Actes Sud, mai 2021
766 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-330-15013-6
Coll. "Actes Noirs"

Un bien joli panier de crabes

Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dynamique grâce à la future implantation d'une usine de papier, cofinancé par des Chinois, et qui devrait apporter des centaines d'emplois. Mais c'est compter sans Buck, un vieil homme, archéologue, qui cherche les preuves d'une présence très ancienne de peuplement sur les terrains destinés à la construction de ladite usine. Mais Bienville est également une ville moderne, avec ses institutions, où il existe un "club", le Poker Club, dont les activités restent confidentielles. C'est surtout le véritable lieu du pouvoir, exercé par quelques notables blancs. Depuis peu, des nouveaux membres en font partie, mais l'essentiel du pouvoir reste incarné par la famille Matheson. Cette famille est représentée par le patriarche, un homme violent et dangereux, et par son fils, Paul, qui est marié à Jet. C'est là qu'intervient Marshall McEwan. C'est un journaliste connu à la capitale, mais qui est né et a vécu à Bienville. Il est l'ami de Paul, avec lequel il a vécu des choses rudes dans des contrées exotiques où ce même Paul a été mercenaire. Il est aussi l'amoureux d'enfance de Jet. Revenu pour aider son père, le patron du journal local, qui se meurt, Marshall a renoué avec Jet et il essaie tant bien que mal de faire profil bas. Mais quand Buck est retrouvé assassiné, et que la police conclut à un accident, et alors que des preuves des magouilles du Poker club risquent d'apparaître, les tensions s'exacerbent dans la petite ville.
On avait fortement apprécié Greg Iles avec sa précédente trilogie qui présentait un journaliste face à une ville du Mississippi, agitée par son passé raciste, revenant parce que son père était malade. C'est un peu ici le même point de départ, mais très vite les différences apparaissent. Description puissante d'une ville sous influence à la fois d'un club conservateur, regroupant les puissants notables, et d'une population qui désire la prospérité plus que la justice, le roman se concentre sur le personnage du journaliste, coincé dans ses amitiés anciennes, pris dans ses contradictions et un passé qui le hante (c'est un peu de sa faute si son frère est mort, ce qui lui reproche encore son père mourant, son bébé s'est noyé, il couche avec la femme qu'il aime mais qui a épousé son meilleur ami). Pourvu de nombreux rebondissements, car les personnages ne sont pas monolithiques et chacun oscille entre différentes loyautés et ses propres passions, Cemetery Road tient toutes ses promesses. Malgré son épaisseur, il emporte le lecteur au fil des aventures. Les flashbacks qui permettent de décrypter les péripéties sont amenés et distillés avec soin, dans une construction forte et prenante. Le tout montre une réalité crédible d'une petite ville du Sud des États-Unis dans un récit âpre et prenant. Aussi captivant que la trilogie (et plus court !) précédente de l'auteur, Cemetery Road est une excellente surprise.

Citation

Mais je m'efforce d'être quelqu'un de bien et, en général, je crois y parvenir. Comment est-ce possible ? C'est une époque compliquée. Et il n'est pas facile d'être quelqu'un de bien.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 07 juin 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page