Le Fils du professeur

Wilfried ne vit pas le rasoir de barbier apparaître comme par magie dans la main valide de M. Faux. L'homme fit glisser la lame à un millimètre de sa propre gorge et révulsa les yeux de façon presque comique.
Philippe Setbon - Les Gens comme monsieur Faux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 décembre

Contenu

Roman - Noir

Le Fils du professeur

Psychologique - Social - Enquête littéraire MAJ lundi 18 octobre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Luc Chomarat
Paris : La Manufacture de livres, août 2021
264 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-774-9

Un énorme paquet de madeleines

Depuis plusieurs années, Luc Chomarat a écrit quelques polars avec toujours un pas de côté, une façon bien à lui, avec tact et humour, de regarder le monde. On retrouvera ce regard décalé dans ce nouveau texte qui ausculte et dissèque l'enfance et l'adolescence. Après y avoir travaillé, les parents ont dû quitter l'Algérie au début des années 1960. La mère est revenu extrêmement perturbée et semble avoir du mal à se réinsérer dans la vie quotidienne. Le père a repris ses activités de professeur. Un oncle professeur à le Sorbonne est un être mystérieux (qui a peut-être des ressemblances avec un autre oncle célèbre de la littérature, celui de Zazie dans le métro). Mais celui qui est le centre du roman c'est bien le garçon qui va raconter sa vie à la première personne, avec distance, avec des drôleries voulues et d'autres qui ne sont que le reflet de son manque de connaissances. Le récit évoquera de nombreux souvenirs aux lecteurs qui ont dépassé la cinquantaine avec ce rappel des séries télévisés de l'enfance (Les Envahisseurs, Zorro, etc.), la culture naissante avec l'école belge de BD puis les premiers "Tanguy" et autres "Blueberry", l'épopée des Verts (l'équipe de Saint-Étienne). Le fils du professeur raconte un enfant, puis un adolescent qui va découvrir le monde, les filles, réfléchir justement à comment s'insérer dans ce pays étrange que sont les autres. En filigrane, mine de rien, son regard innocent et lunatique, permet de décortiquer aussi ceux qui l'entourent. Le narrateur, en même temps, essaie de vivre en multipliant les amis invisibles qui vont l'aider dans sa quête, que ce soit des voisins, couple plus sympathique que ses parents, une amoureuse qui se promène en sous-vêtements (des habits repérés dans les catalogues) et même un dernier personnage que nous laisserons aux lecteurs le soin de découvrir. Il est bien évident que les habitués de k-libre qui ne s'intéressent qu'à la littérature policière, sous ses différents masques, risquent de ne pas se pencher sur ce livre qui ne ressort pas exactement du genre, même si l'auteur en est un familier. Ils trouveront-là un récit d'enfance raconté avec drôlerie, dans la lignée du Champ de personne, un ancien livre de David Picouly qui s'essaya aussi au roman noir - livre sans doute plus réussi dans son évocation sensible (peut-être aussi parce que les référents culturels de Luc Chomarat, ou de son personnage, sont plus proches d'un "Français moyen"). Mais Le Fils du professeur est, là, un petit bijou de tendresse, une madeleine délicieuse.

Citation

Quand j'étais enfant, je trouvais tout normal. Ma mère m'enfermait dans la cave, dans le noir complet. Je trouvais ça normal.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 18 octobre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page