L'Enfer

Samuel Szajkowski avait essayé. Il avait essayé plus d'une fois. Le fait qu'il ait essayé était peut-être la seule chose qui avait pu ralentir l'effondrement de son âme.
Simon Lelic - Rupture
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 09 août

Contenu

Roman - Noir

L'Enfer

Historique - Prison - Faits divers MAJ vendredi 19 novembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 8,9 €

Marin Ledun
Serres-Morlaàs : In8, septembre 2021
96 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-36224-123-9
Coll. "Faction"

Le bagne des hommes perdus

À peine âgé de dix-neuf ans, et pour avoir simplement bravé le couvre-feu pour retrouver la fille qu'il aime, Ahmed est envoyé au bagne, dans l'un des pénitenciers de Guyane, les terribles Îles du Salut dont personne ne revient jamais vivant. Un enfer du bout du monde où guettent le désespoir et la maladie, et où gardiens et requins empêchent toute évasion. Malgré la compagnie d'André, qui l'a pris sous son aile, Ahmed se sent flancher. Jusqu'à ce jour où il aperçoit une petite fille en robe blanche, incongrue comme lui dans ce cauchemar. Contre toute attente, cette simple vision va lui redonner espoir.

Si L'Enfer est présenté par son éditeur comme un polar jeunesse, la collection étant annoncée pour les 12-14 ans, il ne faut pas compter sur Marin Ledun pour lever le pied sur la noirceur qui caractérise ses romans adultes. La seule concession faite à ce public pourrait sans doute se voir dans la longueur de cette novella, et encore !, sa brièveté la rendant sèche comme un cauchemar, dont tout le gras a été évacué. Enfermé pour une raison stupide, sans espoir de justice, ni de libération, Ahmed s'y débat, perd pied, et ne peut que se réfugier dans des joies dérisoires, des instants volés à un destin qu'on sait d'emblée tragique. Moment d'absurdité pénitentiaire, L'Enfer est un de ces textes qui remuent, qui font du roman noir, au delà des éventuelles petites cases du polar (autant le dire tout de suite, il n'y a ici aucun meurtre, autre que judiciaire, aucune enquête, et la justice y est aussi expéditive qu'injuste), une façon d'évoquer simplement la vie, dans toute sa dérisoire fragilité.

Citation

Cinq ans, c'est le maximum qu'un humain puisse espérer. Même les surveillants crèvent de maladie ici, mais eux, on les enterre dans un cimetière. Dans le coin, les requins sont au régime sec. Uniquement du bagnard au menu. Matin, midi et soir.

Rédacteur: Jean-François Micard vendredi 19 novembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page