Havanaise

Je suis née le jour où ma mère est morte. Papa m'a appelée Giulia, comme elle, pour ne pas oublier. Et pourtant, il ne m'en parle jamais, comme si tout cela n'était qu'un tour de magie, la disparation d'un lapin dans un chapeau, rien d'autre qu'un rideau qui tombe.
Gilles Paris - Le Bal des cendres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 01 juillet

Contenu

Roman - Policier

Havanaise

Musique - Assassinat - Insulaire MAJ jeudi 16 décembre 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Franck Membribe
Bihorel : Horsain, novembre 2021
208 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-36907-087-0

Western cubain

En 2004, son premier roman, L'Ouverture cubaine (une novella rééditée en compagnie d'El Yunque, un texte inédit, sous le titre Cubaine trois ans plus tard) nous emmenait déjà dans l'île castriste en compagnie d'une nageuse exilée qui enquêtait sur la mort de sa sœur. Quelques obsessions de Franck Membribe pouvaient se déceler avec tout ce que l'insularité a de fantasmagorique. Havanaise semble être le pendant de Cubaine, deux textes qui peuvent ainsi se lire comme une sorte de yin et de yang. Il s'agit en effet de textes à la fois différents, opposés et complémentaires à commencer par les protagonistes des deux intrigues, une femme puis un homme. L'enquêteur amateur va ici être un homme, qui plus est français, qui découvre une île et va tomber sous son charme malgré le drame qu'il va subir. C'est un producteur de musique qui débarque un beau jour (le 31 décembre 2008) en compagnie d'Hervé, son associé. Ils doivent écouter des groupes de reggaetton, un genre musical venu des Caraïbes qui a explosé dans les années 2000. Ils ne viennent pas chercher la perle rare, ils viennent débusquer du commercial. Hervé, plus âgé, est peut-être bien un père de substitution pour Vincent. Mais Vincent ne connait pas Hervé. Dans un bar de La Havane, le premier soir, Vincent découvre qu'Hervé est un joueur de latin jazz franco-cubain d'exception, et que ce séjour à Cuba est comme un retour à la source pour lui. Mais surgit une dispute, et Hervé disparait dans la nuit. Son cadavre, lui, réapparaitra en pleine journée. Commence alors une enquête officielle menée par le policier Cabrera, avec un coupable très vite trouvé, puis Vincent, qui veut comprendre, suit une piste longiligne qui l'emmènera jusqu'au 13 janvier 2009 vers une autre vérité et d'autres contrées à la fois mémorielles et sensuelles tout en le mettant en danger.

Havanaise aurait pu être une aventure du "Poulpe" (à commencer par les titres de chapitre qui proposent quelques jeux de mots). Le roman en épouse les contours. Plus Franck Membribe nous emmène dans son intrigue, plus il prend ses aises et le décor prend forme. Si l'histoire se déroule pendant le cinquantenaire de la Révolution cubaine, il y a un hommage à la musique cubaine qui sous-tend le roman. Une ode nostalgique ainsi qu'une légère critique du système politique cubain. Surtout, il y a de la misère assortie d'une réflexion sur la paternité. Le roman n'est pas dur. Il nous fait défiler des personnages, certains sympathiques, d'autres pas ; certains de leur temps, d'autres pas. Sans manichéisme mais juste esquissés. Il y a un petit côté naïf, des envies d'aller vers la noirceur profonde mais qui sont vite exclues, et surtout une fin ouverte propice à tous les espoirs. C'est ça la nostalgie, camarade.

Citation

Je vais t'aider, visage pâle ! Mais va falloir être patient. Et tu vas d'abord m'offrir une bière, parce qu'il fait chaud.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 16 décembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page