Gueules d'ombre

Et qui récupère ces sacs à viande que personne ne réclame ? Ces membres arrachés que les légistes huppés contemplent en se grattant la tête d'un air circonspect, comme devant un morceau en trop dans un puzzle de 2992 pièces ?
Orcus Morrigan - Manhattan carnage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Noir

Gueules d'ombre

Social - Énigme - Guerre MAJ jeudi 21 avril 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Lionel Destremau
Paris : La Manufacture de livres, avril 2022
424 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-845-6
Coll. "Littérature"

Quand une guerre se finit-elle ?

Une guerre vient de s'achever. Lors des combats, le soldat Carlus Turnay a été grièvement blessé et se trouve depuis dans le coma. Pour le Ministère des anciens combattants, ce cas est une énigme. En effet, le soldat ne peut bien entendu donner aucune information mais, surtout, il n'apparait pas sur les listes des combattants et son nom ne correspond à aucun engagé connu. Qui est-il réellement ? Un traitre ? Un espion ? Un homme qui n'avait pas le droit de combattre et se serait inscrit sous un faux nom ? Toujours est-il que son affaire se complique lorsque plusieurs familles revendiquent qu'il est de leur généalogie. Pour se dépêtrer de cette histoire, les autorités appellent à l'aide Siriem Plant, policier avant la guerre. Depuis sa démobilisation, il ne parvient pas à regagner son poste dans la police et cette enquête pourrait être l'occasion de redorer son blason. Voilà donc notre policier essayant de reconstituer l'unité à laquelle pouvait appartenir le soldat dans le coma, en fonction de la zone de combat où il a été retrouvé, afin de découvrir d'éventuels autres soldats qui auraient pu être avec lui et de découvrir sa véritable identité. Mais l'enquête apparait extrêmement complexe, d'autant plus que l'officier qui l'a engagé ne lui semble pas très net et qu'il lui a accordé un équipier, un soldat dont Siriem ne sait exactement s'il l'aide ou l'espionne.

Lionel Destremau a décidé de situer son univers dans un monde un peu reconnaissable, mais pas totalement : les descriptions guerrières ressemblent beaucoup à celle de la Première Guerre mondiale, notamment par l'utilisation des tranchées, mais certaines armes sont postérieures. Les prénoms et les noms de lieux oscillent entre des racines espagnoles ou sud-américaines et d'autres plus à consonance d'Europe centrale. Cette incertitude se double de chapitres alternés où nous suivons l'enquête difficile du policier et des moments de la vie des soldats qu'il doit retrouver, la plupart étant finalement morts sur le front, laissant de bien maigres informations sur ce qu'ils ont vécu à leurs familles. La description oscille entre une société qui a du mal à faire son deuil et vit encore la lente cicatrisation des blessures de guerre et son besoin de tourner la page, de revenir à une vie normale. Cela permet à l'auteur, par delà l'enquête, de dresser le portrait de personnages, de veuves, entres autres. Cette volonté et cette structure tirent plus le roman vers la littérature générale, tout en proposant des pistes noires (la guerre, l'humanité des gens, le jeu, le besoin de vivre contre les valeurs familiales), dans la lignée de mélange des genres que propose les éditions de la Manufacture des livres, s'appuyant sur des ouvrages bien construits, bien écrits.

Citation

La gueule cassée en pleurait de rire tellement il trouvait la situation délirante et le petit jeunot en face de lui sans doute plus culotté que lui-même n'aurait jamais pu l'être. Après une grande tape sur l'épaule, comme s'ils avaient été les meilleurs amis du monde qui se retrouvaient après une longue absence, il le fit entrer et lui demanda enfin ce qu'il voulait exactement.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 20 avril 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page