Les 30 meilleures façons d'assassiner son mari

Pourquoi ? Parce que personne ne bouge dans ce pays. Regardez-vous ! Vous êtes des milliers, on est deux. J'ai un flingue sur la tête et je menace de me tuer si vous tentez quoi que ce soit. Et après ? C'est vraiment ça qui vous arrête ? Non. Alors quoi ? Juste la pensée que vous accordez à cet événement : je ne suis qu'un emmerdement de plus.
Sébastien Gendron - Révolution
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 octobre

Contenu

Nouvelle - Noir

Les 30 meilleures façons d'assassiner son mari

Social - Assassinat - Domestique MAJ samedi 17 septembre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,9 €

Seo Mi-Ae
Traduit du coréen par Kwon Jihyun, Rémi Delmas
Paris : Matin calme, septembre 2022
164 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-493386-32-8

Tuer en pensée, tuer en vrai

Comme l'indique le titre du recueil de Seo Mi-ae, nous nous trouvons ici face à cinq nouvelles qui vont explorer les relations intimes, les meurtres entre amis et famille, les dysfonctionnements des liens privés. Chacune des nouvelles est une vignette intelligemment construite, se concentrant sur la description des personnages centraux. Jouant sur la psychologie, sur des retournements de situation, ce sont des nouvelles de forme classique qui, au sein d'une intrigue assez courte, décrivent avec soin une situation, en pesant chaque mot.

C'est ainsi que dans "Trente façons d'assassiner son mari", la première nouvelle qui donne son titre à l'ouvrage traduit en français, la protagoniste est une femme qui, après des années de mariage, commence à détester son mari et à envisager de nombreuses façons de le tuer. À tel point, qu'un soir, elle se rend en voiture devant son travail et l'écrase lorsqu'il sort. Mais il n'est pas mort et elle pense même avoir rêvé cette mort. Lorsque le mari est finalement retrouvé mort, elle se dénonce, mais soulève les interrogations de la police. La chute même logique est bien amenée. "Si c'est comme ça, je vais te manger" est dans l'air du temps avec un mari violent, qui empêche sa femme de voir sa famille et qui a décidé, malgré tout, de les voir. Il a coincé sa femme, enfermée dans le coffre de sa voiture, et va voir les enfants qui ont peur de lui. Une montée de suspense, de peur et de violence montrée avec force. Puis dans "Un choix atroce" le lecteur découvre l'histoire d'une jeune femme, oubliée de ses amies, et qui est cependant appelée car l'une de ses condisciples vient de mourir dans un accident de la route. Elle vient à l'enterrement pour se rendre compte que les autres la détestent toujours autant. Dans "Concerto pour meurtre", nous sommes face aux pensées d'un homme et d'une femme. Chacun a des reproches qu'il ne formule pas envers l'autre. Un week-end, ils partent à la campagne, peut-être pour se réconcilier, mais peut-être également avec une autre idée en tête. Enfin, dans la dernière nouvelle, "Une happy-end en quelque sorte" Seo Mi-ae revient sur le problème des maris (ou compagnons) frappeurs. Enfermée dans sa vie, la jeune héroïne doit composer avec un homme qui la bat. Mais quelles sont les motivations de sa voisine quand elle lui apporte son aide ?

Les intrigues présentent bien les ambitions des textes : récits courts, à suspense, fondés sur la chute qui renverse les perspectives, s'appuyant sur une description un peu sinistre ou cynique des relations familiales et amicales. De forme et se basant sur des intrigues classiques, les nouvelles sont une bonne carte de visite pour une auteure peu connue dans nos contrées, mais que nous avions découverte avec la construction habilement ficelée de Bonne nuit maman.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes (parues entre 2006 et 2022) : "30 meilleures façons d'assassiner son mari", "Si c'est comme ça, je vais te manger", "Un choix atroce", "Concerto pour meurtre" & "Une happy-end, en quelque sorte"

Citation

Il se mit à agiter la batte devant le visage de Yeong-gyeong. Menaçant, il frappa un grand coup contre le mur. Erreur fatale : il sous-estimait son adversaire.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 17 septembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page