Minuit à Atlanta

Ne faites pas de bêtises, vous deux, et je ne ferai de mal à personne. C'est Duke Mantee, le tueur mondialement connu. Et il a faim...
Archie Mayo - La Forêt pétrifiée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Boix-aux-Renards
Le titre du nouveau roman d'Antoine Chainas désigne un lieu, un lieu étrange, un lieu de contes et de...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 31 janvier

Contenu

Roman - Noir

Minuit à Atlanta

Historique - Social - Urbain MAJ jeudi 15 décembre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,5 €

Thomas Mullen
Midnight Atlanta - 2020
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Bondil
Paris : Rivages, septembre 2022
574 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-5778-9
Coll. "Noir", 1111

Un roman noir qui parle du noir et des Noirs

L'action se déroule en 1956 à Atlanta. Pour la situer un peu, à quelques kilomètres de cette ville, il y en a une autre, Montgomery, dans laquelle vient de commencer le boycott des bus, suite à l'affaire Rosa Parks. Et les remous de cette affaire peuvent arriver jusqu'à Atlanta. Nous allons suivre la continuité des aventures relatées dans Darktown et Temps noir, les deux précédents romans de la série de Thomas Mullen, et le focus va se déplacer sur certains des personnages croisés dans les épisodes déjà parus. Ici, l'histoire va se centrer sur Tommy Smith et sur McInnis. Les deux se connaissent. Depuis quelques années, la ville d'Atlanta, pour des raisons électoralistes, a ouvert une brigade de police composée de Noirs, et ne travaillant que dans les quartiers noirs. Cette brigade est quand même dirigée par un officier blanc, McInnis, qui peu à peu s'est pris d'affection pour son équipe. Parmi eux, Smith, qui par lassitude a quitté la police pour devenir journaliste. Il travaille à présent pour l'Atlanta Daily Times. Un soir, alors qu'il somnole sur l'écriture de son dernier article, il entend des bruits et découvre son patron, assassiné dans son bureau. Qui a pu le tuer ? Les suspects sont légion : le FBI surveillait en effet le patron de presse. Il était impliqué dans des transactions financières plus ou moins douteuses qui portaient notamment sur l'achat de terres situées dans des zones qui risquaient de voir leurs prix s'envoler, suite à des décisions d'agrandissement de la ville (en parallèle, d'ailleurs, cela devrait permettre de raser une partie des quartiers noirs). De plus, des activistes noirs sont repérés dans le coin, préparant des révoltes, profitant des rancunes et des peurs de chacun. Enfin, le patron de presse avait relancé de vieilles enquêtes sur lesquelles il travaillait et qui auraient pu déboucher sur des scandales.

Nouveau volet d'une série qui décrit avec soin (et en s'appuyant sur une documentation historique forte) les débuts de la lutte des Noirs pour obtenir des droits, le roman de Thomas Mullen s'inscrit au sein d'une intrigue policière de qualité qui permet à la fois de présenter le quotidien des populations et les tensions inhérentes à la période. L'auteur n'oublie pas de présenter les personnages, en décrivant leurs problèmes comme celui d'un policier noir qui ne peut pas arrêter un citoyen blanc : il doit tenter de le garder le temps que les policiers blancs arrivent. Des sous-intrigues permettent de montrer à la fois les magouilles des diverses polices et agences gouvernementales (dont le FBI) pour bloquer les émancipations que prônent des gens comme Martin Luther King, les ambivalences des populations noires (les gens éduqués et riches sont-ils noirs ou avant tout du côté des autres riches, blancs ?) et la lutte journalière des petites gens pour s'en sortir. Plus centré sur Tommy Smith, le journaliste, et sur McInnis, le chef de la brigade, le roman de Thomas Mullen continue une série très intelligente, écrite et construite avec soin. Minuit à Atlanta (troisième volet qui peut se lire indépendamment, mais attention l'auteur évoque parfois les résolutions des deux intrigues précédentes) est un tableau vivant et fort des années 1950-1960 en pleine ségrégation et renouveau.

Citation

Le lieutenant n'était pas sans savoir qu'il était le seul Blanc présent, même s'il s'était accoutumé à ce genre de situation. Il ne s'était pas porté volontaire, pour devenir l'unique lieutenant placé à la tête des policiers noirs, mais une fois qu'on lui avait fait comprendre qu'il ne lui appartenait pas de refuser cette mission, il s'était résigné à faire de son mieux.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 15 décembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page