k-libre - article

N'ayez pas peur, dit Mme Danvers. Je ne vous pousserai pas. Je ne vous aiderai pas. Vous pouvez sautez vous-même. À quoi bon rester ici à Manderley ? Vous n'êtes pas heureuse. M. de Winter ne vous aime pas. Vous n'avez plus grand-chose à perdre... Pourquoi ne pas sauter maintenant et en finir une bonne fois ? Vous ne serez plus malheureuse...
Daphné Du Maurier - Rebecca
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 27 janvier

Contenu

Série criminelle (4)

MAJ lundi 27 janvier

Série criminelle (4)
© D. R.

05 décembre 2012 - Non, c'est non. Le noir éclaire nos zones d'ombre et irradie de nuances pures et saugrenues, de morts vivantes, c'est désormais banalité que de le rappeler. Il atteint ces tropiques irrespirables sous lesquels nos convictions les mieux chevillées rejoignent parfaitement nos peurs, nos superstitions et nos folies ordinaires, comme l'ombre, le reflet, l'écho, dans des circonstances favorables, se confondent avec leur source vive. L'auteur de polar peut intriguer autant qu'il l'entend, s'il n'accède à cette clairvoyance paradoxale, il ne présentera jamais que de la "blanche" qui a mal tourné, du conforme non conformé ; et inversement un noiraud authentique (voir le cinéma d'Alfred Hitchcock ou celui de Douglas Sirk) fera de la banalité la plus confondante un cauchemar de confusion. Il va du refus et de nos insatisfactions, comme du noir et de nos superstitions ; si celles-ci gardent le dessus, il est à craindre qu'on refuse essentiellement de se regarder en face.

Retrouvez l'ensemble des Séries criminelles.
Liens : Alfred Hitchcock Par Stéphane Prat

publicité

Pied de page