k-libre - auteur - Laure Manceau

Ensuite, tout au long des journées étouffantes, sous un soleil à vous coller des cloques, quand l'air se remplissait de cendres et le nuage au dessus de Garden Hills virait au jaune, les gens pouvaient lever les yeux vers Reclamation Park, humide et incroyablement frais à l'horizon.
Harry Crews - Nu dans le jardin d'Éden
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 novembre

Contenu

Laure Manceau

MAJ vendredi 20 avril 2012
© D. R.

Biographie Laure Manceau


Naissance à Saint-Jean-d'Angély le 23 avril 1978.
Laure Manceau a poussé son premier cri un lendemain de concours de l'Eurovision (selon la mythologie familiale, le travail se serait déclenché au générique de fin). Si elle a chanté juste très tôt, s'époumonant entre autres sur Léo Ferré et Graeme Allwright dès l'âge de deux ans, c'est, avec le temps, la lecture qui l'emportera sur la chanson.
À douze ans, au collège, prise de conscience : Scott Fitzgerald n'a pas écrit Gatsby le magnifique directement en français. Non. Derrière le texte français se cache un traducteur (Jacques Tournier en l'occurrence). Elle ne le sait pas encore, mais l'affaire est pliée. Séjour d'un an aux États-Unis juste avant la majorité, fac d'anglais à Poitiers, puis l'Institut Charles V à Paris — et ses excellents formateurs. Une fois le DESS de traduction littéraire professionnelle en poche, stage chez Belfond, où elle travaille ensuite un an, en tant qu'assistante éditoriale.
À partir de là, ça y est, elle traduit. De tout, avec bonheur. De la chick lit au début, puis des romans jeunesse, des essais (politique, histoire de l'art, sociologie), des catalogues d'exposition. Maintenant, surtout de la littérature dite générale. Ses incursions dans le thriller incluent Sans issue (Lisa Unger, Belfond, Coll. "Nuits noires"), Ma fille, qui es-tu ? (Margaret Leroy, Payot "Suspense"), Visions (Kim Harrington, Le Seuil jeunesse). Côté roman noir, elle a traduit Nathan Singer : Prière pour Dawn (très noir pour le coup) et Mississippi Blues, les deux chez Moisson rouge.
Ce qu'elle aime dans la traduction, c'est ce que l'acte permet : l'accessibilité d'un texte, d'une pensée, à ceux qui ne lisent pas la langue de l'auteur. Et puis aussi la navigation à vue, dans le presque mais toujours au plus près. Mais surtout, surtout, c'est le rush de la trouvaille après s'être arraché les cheveux des heures sur un tout petit mot.


Bibliographie*

Traducteur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page