k-libre - auteur - Patricia Christian

En ce mois d'avril 2011, je me sens plus apaisé et donc plus enclin à poursuivre ma connaissance de Weidmann sans devoir à tout instant conjurer, par quelque rituel, l'angoisse qu'il semait en moi.
Jean-Jack Lamouille - Eugène Weidmann en toutes lettres ou L'assassin malgré lui
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 février

Contenu

Patricia Christian

MAJ vendredi 05 novembre 2010

Biographie Patricia Christian


Après de sages études littéraires, Patricia Christian tourne le dos aux sentiers battus d'un avenir décidément trop morne à son goût pour prendre le chemin des écolières. Premier arrêt à Londres où elle se pose pour parfaire son anglais. Le mouvement punk fait fureur et, sous le choc, elle en oublie l'univers feutré d'Agatha Christie et autres Conan Doyle qui ont enchanté sa jeune adolescence avant de céder la place à l'œuvre quasi-complète de Simenon. Elle découvre alors les œuvres de cette engeance si particulière aux British : l'auteur de polars féminin. Jamais tout à fait rassasiée, elle s'enfonce avec délice dans la découverte des thrillers britanniques et dévore tout ce qui lui tombe sous la main, Margaret Yorke et autres dames du genre, mais apprécie tout particulièrement le style chirurgical de la grande PD James, passe ensuite à Dick Francis, John Le Carré, etc. Les hasards de la vie lui ouvrent les portes du milieu cinématographique où elle débute comme interprète et assistante accessoiriste pour le décorateur de plateau dans La Vie de Brian des Monty Python. Mordue à jamais par le virus, elle participe à l'écriture cinématographique de quelques projets, traduit un scénario de Gérard Brach à la demande d'un producteur australien qui n'en fera finalement pas grand-chose puis s'expatrie à Los Angeles où elle vivra six années de bonheur. En vrac, James Ellroy, Jim Harrison, Sue Grafton, se côtoient sur sa table de chevet. Elle rentre à Paris à l'aube du troisième millénaire, reprend ses sages études à la Sorbonne et commence à traduire pour Gallimard, avant de se lancer pour Le Masque dans une traduction à la Jane Austen, héroïne fictive de quelques polars sur fond de guerres napoléoniennes, histoire de garder le lien avec ce milieu britannique devenu un peu le sien, puis reprend, pour les compléter et parfois les dépoussiérer, quelques traductions anciennes de Westlake rachetées par Rivages à la "Noire" de Gallimard avant de passer à la traduction de quelques romans de James Lee Burke. Aujourd'hui, elle baigne dans la beauté des paysages de Dordogne et s'accorde une pause avant de se lancer dans de nouvelles aventures.


Bibliographie*

Traducteur :

Réviseur de traduction :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page