k-libre - auteur - Éric Yung

C'était soudain une nuit dont il fallait se méfier, se refermant sur le véhicule comme une fermeture Éclair sur un macchabée au fond d'une morgue obscure. Tous les endroits du monde possèdent leur propre nuit. Celle qui se diluait dans les phares de la voiture était féroce.
Lisa Gardner - Les Morsures du passé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 août

Contenu

Éric Yung

MAJ samedi 30 octobre 2010
© D. R.

Biographie Éric Yung


Naissance à Abbeville le 30 mars 1948.
Éric Yung est titulaire d'une maîtrise de lettres classiques et d'une licence en droit pénal. Il est également diplômé de l'Institut de criminologie de la Sorbonne.
Après une carrière dans la police dans les années 1970, à la Brigade territoriale puis à la Brigade de Recherche et d'Intervention (le fameux Anti-gang du non moins fameux 36), Éric Yung entre au Quotidien de Paris au mois d'avril 198O. Au service "société" il est responsable des enquêtes et de la rubrique police-justice. Trois ans plus tard, en 1983, il participe au lancement du titre "Les Nouvelles littéraires", et y exerce la fonction de chef de service chargé de l'investigation. C'est à cette époque qu'il devient producteur-délégué à France Inter avec "Dossier X... en cavale", une première émission diffusée chaque dimanche soir et qui a pour thème de grands faits divers ; des histoires contées et ponctuées de reportages et de témoignages. Cette émission est honorée par le Prix Monaco pour du "Zoom dans la tête", un dossier consacré à Jacques Mesrine, l'ex-ennemi public numéro un.
Dès lors, l'activité professionnelle d'Éric Yung se divise en deux : la presse écrite et la radio.
En août 1985, il rejoint le "Matin de Paris", toujours au service société en tant que "grand reporter". Lorsque le titre disparaît il est embauché à VSD. Pour ce journal, c'est l'époque des changements. Maurice Siégel est décédé et son fils François lui succède. Éric Yung est nommé grand reporter, puis directeur-adjoint de la rédaction. Dans le même temps, il continue de produire "Dossier X... en cavale" mais lance, toujours sur France Inter, une émission quotidienne "Macadam Regard". Il s'agit d'un direct de trente minutes ayant pour thème un grand fait divers qui a marqué notre époque. Ainsi, chaque jour, à l'antenne et en direct, il raconte une histoire.
Mais au mois de septembre 1987, à la demande du Président de Radio France, Éric Yung part en Bretagne pour prendre la direction de Radio France Bretagne Ouest (RBO) avec pour mission de redynamiser la station et d'organiser "un grand Ouest radiophonique".
Un peu plus d'une année après (décembre 1988) il est nommé à la Direction des Radios Locales comme chargé de mission auprès du directeur-délégué de l'information des radios locales.
En 1989, Éric Yung est affecté à la rédaction de France Inter comme chef de Rubrique, puis devient chef de service (chargé du secteur police-justice-enquêtes) avant d'être nommé rédacteur en chef et chef du service des "Informations Générales". Durant ces sept années, et en plus de sa fonction de rédacteur en chef, il intervient dans les "matinales" avec une série de chroniques quotidiennes titrées successivement "Fait-divers", "Café-Crime" et "Nota Bene". Plus tard, "Nota Bene" sera transformé, durant trois ans, en chronique littéraire.
Depuis I989, à chaque grille d'été (juillet et août) Éric Yung produit et anime sur France Inter des émissions d'une heure telles que "Énigmes", "Affaires classées", "Pêcheur d'histoires", "Histoires d'années", "Hors la loi", etc.
Éric Yung a également produit et animé, sur France Inter toujours, "Philantropolar", une émission consacrée à la littérature noire et au polar et ce, durant cinq ans.
Enfin, Éric Yung avec le temps à ajouté à cette vaste palette une couleur scripturale. Parmi ses livres, citons La Tentation de l'ombre (Le Cherche Midi, 1999), dans lequel il relate des faits réels auxquels il fut mêlé mais transposés dans les années 1970 ; Un silence coupable (Le Cherche Midi, 2008), un roman qui mélange amitié, parricide et mort en isolement ; et dernièrement Mon ami le bourreau (Biro, 2010), narration de l'histoire vraie du marquis Bernardi di Sigoyer, assassin "Don Juan du crime" condamné à mort en 1947.



Présence à un festival :

2014 : Week-end noir à Neuilly-Plaisance

2011 : Paris noir | Sang d'encre | Toulouse, polars du Sud | Week-end noir à Neuilly-Plaisance

Bibliographie*

Essayiste :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page