k-libre - auteur - Jean-Marc Berlière

Je m'appelle Freedom Oliver et j'ai tué ma fille. C'est surréaliste et je ne sais pas ce qui me fait le plus l'effet d'un rêve : sa mort ou son existence. Je suis coupable des deux.
Jax Miller - Les Infâmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 août

Contenu

Jean-Marc Berlière

MAJ samedi 30 octobre 2010
© D. R.

Biographie Jean-Marc Berlière


Naissance à Dijon le 29 juin 1948.
Jean-Marc Berlière est un historien, spécialiste de l'histoire des polices en France, professeur à l'université de Bourgogne et amateur éclairé de jazz.
Agrégé d'histoire en 1973, il a enseigné dans le secondaire (Fort-de-France, Amilly, Montargis, etc.). Il a soutenu en 1991 une thèse de doctorat portant sur L'Institution et la société policières sous la IIIe République (1870-1914). Enseignant à l'IEP de Grenoble, puis à l'université de Bourgogne, ses dernières recherches, toujours basées sur le dépouillement exhaustif d'archives multiples — dont celles de la police —, sont centrées sur la période de l'Occupation et de la guerre d'Algérie.
Depuis 1994, Jean-Marc Berlière est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne (IUT de Dijon, département information communication-Métiers du livre et du patrimoine) et chercheur au CESDIP (CNRS/Ministère de la Justice).
Il est membre du comité scientifique de Crime Histoire et Sociétés/Crime, History and Society, revue internationale, CNRS/ MSH, Droz, de l’International Association for the History of Crime and Criminal Justice (IAHCCJ) depuis 1989 et du conseil scientifique de Criminocorpus.
Chevalier des Arts et Lettres (2000), Jean-Marc Berlière est également président du Hot Club du Gâtinais, organisateur de concerts de jazz, membre de la rédaction de Jazz Classique et auteur de nombreux articles et chroniques concernant le jazz.
Jean-Marc Berlière a également participé à la réalisation d'un certain nombres de documentaires historiques pour la télévision.


Bibliographie*

Préfacier :

Collaborateur :

Actualité

  • 24/04 Radio: Du renseignement... et de la sérendipité.
    Une fois par mois, en conclusion à son émission du vendredi, Emmanuel Laurentin, animateur de La Fabrique de l'histoire sur France Culture*, invite Amélie Meffre à mettre en relation un fait d'actualité avec le passé historique. Ce matin 24 avril, à propos du projet de loi sur le renseignement en cours de discussion à l'Assemblée nationale, Amélie Meffre a évoqué la mise en place, sous le Second Empire, de nouveaux services de police affectés à la surveillance des gares et des chemins de fer eu égard aux possibilités de fuite que le train, ce moyen de transport alors en pleine expansion, offrait aux personnes surveillées. En une brève chronique menée tambour battant furent ainsi délivrés quantités de... renseignements, de références bibliographiques (que l'on retrouvera aisément en réécoutant l'émission) et, tout à la fin de la chronique, fut signalé "l'excellent site criminocorpus".
    Le nom ne tomba pas dans une oreille sourde... Sitôt entendu et le PC branché, Criminocorpus fut soumis à la sagacité d'un moteur de recherche bien connu qui me mena au seuil d'un site en effet hautement recommandable à quiconque s'intéresse à l'histoire judiciaire. C'est un riche musée virtuel, une bibliothèque pareillement riche et virtuelle - et bien plus encore... Bref : une formidable source de documentation gérée par une association éponyme créée en 2011 à laquelle on peut adhérer pour la modique somme de 10 €. annuels - une association qui "a pour objet de susciter, coordonner et promouvoir la connaissance scientifique et le patrimoine culturel de l’histoire de la justice, des crimes et des peines par le soutien au développement de la plate-forme hypermédia Criminocorpus. Histoire de la justice, des crimes et des peines dont les productions sont librement et gratuitement accessibles à tout public sur Internet" (extrait de la présentation de l'association).
    Il va sans dire que cette découverte sérendipitique, retenue au hasard d'une écoute elle-même un peu distraite, mériterait plus amples... investigations et un intérêt dépassant ce rapide encrage sous forme de dépêche.

    * La Fabrique de l'histoire.
    Du lundi au vendredi de 9 heures à 10 heures.
    Durée moyenne : 53 minutes.
    Réécoutable pendant trois ans après sa diffusion et téléchargeable pendant un an.


  • 16/01 Édition: Parutions de la semaine - 16 janvier
  • 30/11 Association: Lettre aux amis de la police (et de la gendarmerie ! 2014/12 - VIIIe année)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page