k-libre - auteur - Carlo A. Martigli

Gideon Bell, à minuit je vous dépouillerai de vos émeraudes de Favre. Je sais que vous avez prévenu la police. Mais personne ne peut arrêter la chauve-souris.
Roland West - The Bat
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 octobre

Contenu

Carlo A. Martigli

MAJ jeudi 09 décembre 2010

Biographie Carlo A. Martigli


Naissance à Pise .
Carlo A. Martigli naît à Pise mais part très vite vivre à Livourne, où il étudie les humanités, et obtient une maîtrise de philosophie du droit à l'université de Pise. C'est au quotidien Tirreno di Livourne qu'il effectue ses premiers pas dans le monde du travail. Il y apprend le métier de journaliste. Il fait des études d'acteur dramatique et, quelques années après, gagne le premier prix du meilleur second rôle au festival de théâtre de Pesaro avec La Brave Femme (La Donna di Garbo) de Goldoni.
Il fait ses débuts comme écrivain avec Duelli Castelli e Gemelli (Giunti Editore), contes en rimes, illustrés par le regretté maestro Emanuele Luzzati. Il obtient un grand succès critique et public. Le livre est réédité en 2007.
En 2007, toujours, il élabore pour Mondadori une saga fantasy ayant pour cadre la Rome antique, qui unit le goût pour la magie et l'aventure avec la vie aux temps du premier siècle de l'Empire romain. Le premier livre Lucius e il Diamante Perduto, en novembre 2007, arrive second du plus important prix littéraire pour la jeunesse "Il Gigante delle Langhe. En octobre 2008, il publie le second livre de la saga, Thule L'Impero dei Ghiacci.
Il publie chez Castelvecchi La Resa dei Conti, le chant du cygne d'un ex-dirigeant d'une banque multinationale, qu'il a abandonnée en même temps que la sécurité économique que son poste lui offrait pour se dédier à l'écriture, sa première et grande passion.
En juillet 2009, paraît Miracolo ! (De Agostini), un essai sur les miracles des religions non catholiques qui a suscité un grand intérêt et beaucoup de débats.
Avec 999 L'Ultimo Custode (L'Ultime gardien, First), Carlo A. Martigli a gravi les échelons du succès. Son roman est le cas littéraire de la saison 2009-2010, avec plus de cent mille exemplaires vendus. Ce roman qui s'est fait essentiellement connaître par le bouche à oreille s'est ensuite imposé à l'attention des médias. Le public et la critique en ont fait ensemble le succès, et le livre est devenu un best seller. Longtemps resté dans le top ten des meilleures ventes de roman, il est traduit dans seize langues, et est actuellement à l'étude auprès de majors américaines pour une adaptation américaine.
Invité dans de nombreuses émissions télévisées, colloques et débats dans lesquels sa verve et sa passion suscitent l'enthousiasme et parfois de vives polémiques, Carlo A. Martigli est qualifié par de nombreux journalistes comme le Dan Brown italien, même si lui refuse cette étiquette, préférant des maîtres comme Umberto Eco et Ken Follett. Carlo A. Martigli a reçu de nombreux prix des villes et des associations auprès desquelles il est invité. Grâce à sa connaissance du milieu de la communication, il est apprécié comme formateur et professeur de communication et marketing, et il a en outre à son actif différents cours d'écriture créative, réalisés dans diverses villes d'Italie.
Carlo A. Martigli aime aussi écrire des livres d'horreur sous le pseudonyme de Johnny Rosso, l'écrivain culte de la très célèbre et heureuse série "Superbrividi" de la Mondadori, dont sept titres sont déjà sortis et d'autres en préparation.
En 2010, Martigli qui vit et travaille à Rapallo, en Ligurie, a voulu dédier à sa terre, Toscana Misteriosa, un essai sur cinquante-deux lieux mystérieux vus par un voyageur doté d'un grand goût pour le mystère.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site

Carlo A. Martigli, dans L'Ultime gardien paru en novembre 2010 aux éditions First, met en scène, dans son propre rôle, le théologien et philosophe Pic de la Mirandole (Giovanni Pico, comte della ...

Pied de page