k-libre - auteur - Cornelia Read

Les fourgons mortuaires me filaient toujours les jetons. Je passai devant à pas vifs, en retenant ma respiration, au cas où me parviendrait un relent de décomposition. Je savais qu'ils étaient méticuleusement nettoyés, mais je ne pouvais pas oublier leur cargaison habituelle, ni ce qui nous nous apprêtions à découvrir à l'intérieur de la maison. Il aurait été judicieux de me débarrasser de cette répugnance, vu que j'étais à peu près autant impliquée dans le business de la mort que n'importe quel entrepreneur de pompes funèbres. Mais au moins je n'étais pas forcée de toucher les cadavres.
Jane Casey - Dernier jugement
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 14 octobre

Contenu

Cornelia Read

MAJ vendredi 22 juillet 2011
© D. R.

Biographie Cornelia Read


Bien qu'élevée par des hippies rebelles non loin de Big Sur - avec quelques détours par Honolulu -, Cornelia Read connaît fort bien la culture WASP à l'ancienne, étant de la dixième et dernière génération de sa famille maternelle à habiter le centre de l'île d'Oyster Bay. Son enfance est ponctuée de rencontre avec des soufis, des surfers, des mères célibataires, des membres des Black Panthers, Ansel Adams, des déserteurs, des employés de fermes en grève et le plus dur des rivaux d'Henry Miller au tennis de table.
À quinze ans, Cornalia Read retourne dans l'Est pour ses études. À New York, elle assiste au bal des débutantes et se fraie un chemin dans la bonne société jusqu'à ce qu'un regrettable caprice du compagnon de sa mère leur vaut de figurer page 6 du New York Post, mettant un terme à son ascension sociale.
L'essentiel des romans mettant en scène Madeline Dare est autobiographique. Cornelia Read a bien habité Syracuse, et travaillé dans une école "thérapeutique" heureusement défunte dans le Massachussetts et a une cousine du nom de Cate Ludlam très impliquée dans la rénovation du plus vieux cimetière du Queens, à New York.
Aujourd'hui, le parchemin qui témoigne de l'adhésion de son arrière-grand-mère de Boston à la Société Fabyan des descendants du Mayflower (que Cornelia Read avait fièrement placardé au fond de son petit placard à Berkeley) est dans une mini-unité de rangement sur la côte Ouest en attendant d'être envoyé dans sa nouvelle habitation du Queens.
Cornelia Read a deux filles jumelles, dont l'une est atteinte d'autisme aggravé.



site : http://www.corneliaread.com

Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page