k-libre - auteur - Bruno Ségalotti

Pendant soixante ans, personne n'a vu les bijoux de Rosalie Gilder. Tout le monde commençait à partager mon avis : tout ça n'est qu'une légende, la lune de Shanghai est une légende, une histoire romantique née dans des temps difficiles. Mais maintenant ? Soudain, ils sont là, ces bijoux, et soudain, votre partenaire est tué.
S. J. Rozan - Shanghai Moon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 septembre

Contenu

Bruno Ségalotti

MAJ lundi 21 novembre 2011
© D. R.

Biographie Bruno Ségalotti


Naissance à Rennes le 08 juin 1963.
Bruno Ségalotti a vécu l'essentiel de sa vie à Saint-Brieuc, ou dans les environs.
De ses parents, tous deux profs de français, il a hérité l'envie de lire, une envie féroce. Pas dur quand il y a des bouquins dans toutes les pièces de la maison, oui, oui, même aux toilettes ! Très vite, dès les années "collège", il se rend compte, au grand désespoir de ses parents, que le monde du polar l'intéresse bien davantage que la littérature plus classique. Auguste Le Breton, Georges Simenon, et surtout James Hadley Chase avec La Culbute, première grande émotion "polar".

D'un naturel consensuel, il fera les efforts nécessaires à l'école pour que les choses se passent le moins mal possible. Bac B (maintenant, on dit "ES") obtenu en 1981, le même jour que la première victoire de John McEnroe à Wimbledon, licence en droit en 1986, direction le service militaire puis le boulot. Il passera par la banque, le cyclisme (un poste où il a postulé par erreur, pensant que l'employeur était la ligue de Bretagne d'Athlétisme. Il faut dire qu'il a pratiqué pendant des années, obtenant d'ailleurs un titre de champion de Bretagne juniors de 400 mètres haies), la correspondance de presse et le journalisme sur Internet à la mairie de Saint-Brieuc.

Et le polar, dans tout ça ?
Ses lectures étaient toujours aussi denses, mais assez banales, jusqu'au jour où quelqu'un lui parle, dans le milieu des années 1990, d'un auteur au nom imprononçable, Didier Daeninckx. Meurtres pour mémoire est une véritable révélation. Plus il y pense, plus il est convaincu que, directement ou non, sa vraie envie d'écrire a commencé à ce moment-là.

Il se lancera donc, fin des années 1990 et, après une bonne année d'attente et de frustrations, son premier manuscrit trouve preneur aux éditions Bargain. Filouteries en Côtes d'Armor sort en janvier 1999. Suivront La Phalange de l'Argoat (2000) et Breiz connection (2001). Des intrigues dans le monde de la banque, du cyclisme, avec un contexte politique toujours présent en toile de fond.
Après une pause de quelques années, changement d'éditeur. Bruno Ségalotti collabore désormais avec les éditions Astoure. Trégor, terres fatales (2005), Vingt ans pour une vengeance (2006) et Le Mohican du Bois Meur (2007), tous avec le même personnage principal, une jeune journaliste, Angelina Etcharry. Il s'éloigne progressivement du roman policier traditionnel, le ton est plus noir, ses héros sont des personnages du monde de tous les jours, qui doivent survivre ou s'adapter à un contexte hostile. C'est notamment le cas avec Vengeance tardive (2009) et Souviens-toi que tu vas mourir (2011), ses deux derniers romans.

Que lit-il aujourd'hui ? Toujours Daeninckx bien sûr, mais aussi Caryl Férey, Pascal Dessaint, Patrick Pécherot, Thierry Bourcy, les deux Dominique, Dominique Manotti et Dominique Sylvain, John Harvey, Dennis Lehane, James Lee Burke, Peter Robinson, Robert Crais, George P. Pelecanos et quelques scandinaves dont il a hélas oublié les noms.

Une dernière chose : il y a un truc qui l'horripile, c'est quand on lui parle de "polar breton", souvent regardé avec un peu de condescendance par les collègues franciliens. Quand on évoque le sujet, la réponse est toujours la même. "Les polars bretons, c'est comme les galettes bretonnes, il y en a qui sont pur beurre, succulentes, d'autres sont sèches comme les fesses d'un pendu ! C’est une étiquette, mais ça ne veut rien dire, ça n'existe pas, c'est du marketing. On fait tous du polar régional, en fait, sauf que la région n'est pas la même."

C'est pourtant lui qui est à l'origine, l'an dernier, de la Première édition du salon du polar... breton, le premier dimanche d'août aux Sables d'Or (entre Erquy et le Cap Fréhel). Allez donc comprendre, il n'est pas à un paradoxe près !



Présence à un festival :

2011 : Noir sur la ville | Salon du polar breizh & d'ailleurs

2010 : Salon du polar breizh & d'ailleurs

2009 : Noir sur la ville


site : http://bruno.segalotti.over-blog.com

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page