k-libre - auteur - Josef von Sternberg

Apparemment, nous avons le même destin, Didi et moi. A peine nées, on nous a sauvées de la mort pour nous faire vivre un véritable enfer.
Kishwar Desai - Témoin de la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Josef von Sternberg

MAJ mercredi 12 septembre 2012
© D. R.

Biographie Josef von Sternberg


Naissance à Vienne le 29 mai 1894.
Mort à Hollywood le 22 décembre 1969.
D'origine autrichienne, de son vrai nom Jonas Sternberg, Josef von Sternberg est un réalisateur à la carrière chaotique. Issu de la classe moyenne juive de Vienne, il fait des études en Autriche puis aux États-Unis avant de se lancer dans le montage cinématographique, de s'orienter vers l'assistanat de metteurs en scène puis d'être poussé vers la réalisation par l'entremise d'un acteur britannique de théâtre.
Les premiers films muets qu'il dirige à partir de 1925 ne sont pas des réussites. Il est obligé de céder la caméra à d'autres réalisateurs pour les achever. On pourrait penser qu'il abandonne très vite. Surtout qu'un de ses films, A Women of the Sea, commande de Charlie Chaplin, ne sera jamais montré.
Pourtant, avec le film policier puis noir, il va s'imposer comme l'un des maîtres du genre. C'est d'abord Les Nuits de Chicago, en 1927, avec George Bancroft en chef de pègre. Puis ce même George Bancroft devient un soutier qui empêche une prostituée de se suicider en 1928 dans Les Damnés de l'océan.
En 1930, installé en Allemagne, sa carrière prend un nouveau tournant. Il révèle au monde entier l'actrice Marlene Dietrich dans L'Ange bleu, qu'il tourne pour l'UFA. C'est le début d'une grande aventure personnelle et professionnelle qui emmène le réalisateur et l'actrice de Chine (Shanghai Express, 1931) en Espagne (La Femme et le pantin, 1935) en passant par la Russie (L'Impératrice rouge, 1934).
Par la suite, il ne réalisera que très peu. Pourtant, The Shanghai Gesture (1941) avec Gene Tierney en jeune femme qui sombre dans la déchéance est un petit bijou du film noir. Quant à son dernier film, Les Espions s'amusent (1957), c'est un honnête film de guerre qui donne la part belle à John Wayne.
Ne demeure qu'un regret, qu'il n'ait jamais achevé I, Claudius, entrepris en 1937, après avoir tourné sept films avec Marlene Dietrich et claqué la porte de Hollywood, vaste film sur l'ascension de l'empereur romain Claudius (incarné par Charles Laughton).


Bibliographie*

Réalisateur :

  • 1932 - Shanghai Express (Universal "Universal classics", septembre 2010)
  • 1941 - The Shanghai Gesture (Films Sans Frontières "Films du Siècle", février 2005)
  • 1952 - Macao (Montparnasse "RKO", septembre 2003)
  • 1957 - Jet Pilot (Universal, février 2008)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page