k-libre - auteur - Willy Rozier

S'il y a une chose que toi et moi savons mieux que personne, commença-t-il en l ui prenant la main, c'est que les gentils aussi peuvent être assassinés.
Anne Holt - Haine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 12 août

Contenu

Willy Rozier

MAJ dimanche 15 avril 2012
© D. R.

Biographie Willy Rozier


Naissance à Talence le 27 juin 1901.
Mort à Neuilly-sur-Seine le 29 mai 1983.
C'est un étrange parcours qui conduit Willy Rozier à la réalisation pour le cinéma. Grand compétitif, il est en 1925 champion de France pour la brasse coulée. Il va même alors représenter la France aux Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928. C'est alors qu'au début des années 1930, à l'instar de Johnny Weismuller, grand nageur devant l'éphémère, interprète de Tarzan devant l'éternel, il devient acteur pour le cinéma par l'entremise de ses prouesses athlétiques.
Il passe ensuite à la production et à la réalisation. Dans un premier temps avec des thématiques propres à l'eau. En 1938, il produit Champion de France, qui nous propulse dans le monde de l'aviron, il invente avec Michel Rocca, son chef opérateur, l'Aquaflex, une caméra sous-marine avec laquelle il tourne en 1949 L'Épave (première apparaition de l'actrice Françoie Arnoult) avant de s'embarquer sur Les Trafiquants de la mer et Manina, la fille sans voiles, en s'appuyant sur le Suraya, son propre bateau. C'est d'ailleurs dans ce film que, celui qui a joué pour Siodmak dans les années 1930, fait tourner pour la première fois Brigitte Bardot.
Il s'oriente quelque peu vers le film noir avec 56, rue Pigalle, en 1948. À l'issue de ce film, il se battra même en duel et à l'épée avec François Chalais. Loin de mettre un frein à sa carrière de réalisateur, cet événement, s'il ne le propulse pas sur le devant de la scène, montre bien son originalité. Il tourne en 1950 Le Bagnard, à Saint-Laurent-du-Maroni. 1954, marque un certain tournant pour la carrière cinématographique de Willy Rozier. Il décide en effet de se lancer dans une série de films adaptés des roman de l'Anglais Peter Cheyney proposant Slim Callaghan, l'un de ses héros récurrents. Trois films avec Tony Wright paraitront en six ans : À toi de jouer Callaghan, Plus de whisky pour Callaghan et Callaghan remet ça. Entretemps, jouer sur le succès de son héros, il réalise Et par ici la sortie, film de genre, avec le même Tony Wright, qui joue deux rôles en un, pour un effet identique à la série des Callaghan : du noir burlesque.
Par la suite, il tourne de nombreux documentaires essentiellement en Afrique. C'est en 1975 qu'il réalise avec Les Yeux du cœur, son dernier film, un court-métrage.
Willy Rozier se suicide d'une balle dans la tête en 1983 à Neuilly-sur-Seine.


Bibliographie*

Réalisateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page